Wanted : nouvelles technologies

La «fracture numérique» persiste dans l'Éducation nationale, c'est ce que semble dire la deuxième édition du rapport du député Jean-Michel Fourgous sur la question. Même s'il relève de notables avancées et anticipe sur quelques progrès à [...]

Lire la suite

Contexte

La «fracture numérique» persiste dans l'Éducation nationale, c'est ce que semble dire la deuxième édition du rapport du député Jean-Michel Fourgous sur la question. Même s'il relève de notables avancées et anticipe sur quelques progrès à venir, il acte pour la deuxième fois un retard déjà déploré par l'OCDE (pour qui la France tient le 24e rang sur 28). Le développement serait trop inégal et buterait, cette fois, sur des questions d'usages.

C'est que l'inégalité de l'éducation au numérique n'est pas qu'affaire de matériel, ainsi que le précise ce rapport. L'informatique est finalement passée à l'école comme dans les foyers, mais les parents comme les professeurs ne savent pas toujours accompagner les élèves dans leurs usages pédagogiques. Les élèves en savent d'ailleurs souvent plus qu'eux...

Ce constat, c'est celui qu'Antoine Compagnon, professeur au Collège de France, dresse dans un récent billet. La scène se déroule dans un collège «Ambition réussite» du 93, c'est-à-dire un collège «en grande difficulté», qui a bénéficié des moyens étendus du plan Robien en 2006. Des ordinateurs dernier cri partout - dont certains pas même déballés - attendent leur heure, stockés dans les couloirs. Une demie classe d'élèves de troisième suit un cours de mathématiques et chaque élève est caché derrière son écran.

Le silence qui règne dans cette classe n'était pas celui de la concentration mais de la torpeur : un seul élève sur la quinzaine a compris le logiciel éducatif et suit réellement le cours. Selon le principal, les moyens ont notablement amélioré l'ambiance au lycée mais pas les résultats. Faute de personnel pour accompagner les élèves à l'utilisation de leur nouvel arsenal numérique, celui-ci restait peu ou mal utilisé.

Numérique : des parents d'élèves en forte demande

Pour le pédagogue Marc Prenski, l'enseignement des pratiques numériques est une évidence, mais il doit absolument se rapporter à une nouvelle pédagogie, moins verticale. Le professeur deviendrait alors un accompagnant, plutôt que le dépositaire d'un savoir omniscient. Davantage là pour poser les bonnes questions, et pousser les élèves à réfléchir sur leur pratique et faire les bons choix.

L'entrée du numérique à l'école correspond pourtant à une très forte demande des parents d'élèves. Une enquête commandée par Microsoft et publiée jeudi 5 mars montre que 44% des parents sondés jugent essentiel cet apprentissage. Soit presque autant que la culture générale et plus encore que les valeurs de la République. Les innovations, comme le cahier de textes numérique, qui leur permet de suivre au jour le jour la progression de leurs enfants, ou l'utilisation pédagogique de Twitter, remportent également leur plébiscite.

Les expériences se multiplient et pourtant, de nombreux professeurs perçoivent toujours Internet comme une menace. Les établissements s'équipent de plus en plus mais les moyens ne semblent pas être donnés pour organiser une pédagogie approfondie des nouvelles technologies. Peut-on dire que l'école a raté le virage du numérique ?

Entrer dans le débat