Dignité Photo : PA/Abaca

Aide au suicide : le CCNE divisé sur la question

Lors de la campagne présidentielle, le candidat François Hollande souhaitait, dans ses «60 engagements pour la France», que la loi permette à un patient, dans «des conditions précises et strictes, à bénéficier d'une assistance médicalisée pour [...]

Lire la suite

Photo de Koz Toujours non
Koz Toujours
Blogueur

Euthanasie: Les "cas emblématiques" sont manipulés

Le cas de Rémy Salvat. Avant d’être un jeune homme qui demande qu’on l’aide à se suicider, Rémy Salvat fut un enfant dont la propre mère a nié la valeur de la vie. 

La mère de Rémy Salvat a tenté, en 1999, de tuer son fils ou, selon son expression « de mettre fin à ses souffrances« . Elle a été mise en examen pour tentative de meurtre et a bénéficié d’un non-lieu.

Deux observations.

1) Régine Salvat a tenté de mettre fin aux jours de cet enfant lorsqu'il avait 14 ans. Il est, donc, mort 9 ans plus tard, après avoir été en mesure de rédiger une lettre qui n’est manifestement pas davantage le fait d’une personne en état végétatif. Ces neuf années vécues ne valaient-elles pas la peine de l'être ? Qui en jugé ainsi ? Sa mère ou Rémy Salvat ?

2 ) Rémy Salvat est un enfant que sa mère, à l’âge de 14 ans, a tenté de tuer. A 23 ans, il se suicide, considérant probablement, comme l’exige la rhétorique employé, que c’était une façon de "mourir dans la dignité" … Mais quelle appréciation de la dignité de sa vie peut-on avoir lorsque votre propre mère, elle, a considéré, il y a 9 ans de cela, qu’il serait mieux pour vous de mourir ?

Le cas de Chantal Sébire. Chantal Sébire est une femme que la médecine pouvait traiter mais qui a refusé toute médication. 

Chacun sait, ou devrait savoir maintenant, que sa demande de suicide assisté n’est intervenue que parce que Chantal Sébire a refusé tout traitement. Elle n’entendait être soignée que par la médecine douce, refusant de prendre autre chose que du paracétamol. Comme le docteur Jean-Louis Béal, chef de l’unité de soins palliatifs du CHU de Dijon, en a témoigné à deux reprises (dans La Croix et Le Parisien), elle refusait tous les antalgiques : « elle m’a dit que la morphine, c’était de la chimie, donc du poison« . 

Chantal Sébire avait parfaitement le droit d'avoir ses propres conceptions sur la souffrance, les médicaments, et la fin de vie. Et elle a assumé les conséquences de ses convictions.

Mais il est évident qu'un cas aussi personnel et peu partagé - qui refuserait tout traitement anti-douleur pour ne soigner son cancer qu'au doliprane ? - ne peut pas être un argument pour une modification de la loi.

Le cas du docteur Tranois. Le docteur Tranois a enfreint les règles de déontologie élémentaires de sa profession, en prescrivant la mort d’une proche, sans en avertir la famille et en déléguant le geste ultime à un tiers, en son absence. 

Le cas de Vincent Humbert. Même l’affaire Vincent Humbert, qui a suscité la loi de 2005, laisse un goût amer de promotion commerciale et de mépris de sa volonté profonde. 

Il est, déjà, troublant d’apprendre que son livre a été lancé par un éditeur militant de l’ADMD, avec une campagne de promotion indiquant qu’au jour de la publication, « Vincent sera peut-être mort, sa mère aura, enfin, exaucé ses voeux« , et que celle-ci a effectivement procédé à l’injection le jour de la sortie du livre. Mélange désagréable entre la promotion et la mort. On peut, toutefois, l’expliquer. Ce que l’on ne peut pas expliquer, en revanche, ce sont les doutes persistants sur la volonté réelle de Vincent Humbert, comme sur le fait qu’il ait pu écrire lui-même, ou effectivement dicter ce livre. Ces doutes sont ceux de son équipe soignante, et au témoignage de son kiné, Hervé Messager (qu’il faut lire et écouter), auquel Emmanuel Hirsch, directeur de l’espace éthique AP-HP, fait également référence ici

Ces cas, dont s’est servie l’ADMD, illustrent certaines des dérives inévitables auxquelles mènerait la légalisation de l’euthanasie (on en connaît d’autres, bien réelles, en Suisse, en Hollandeen Belgique).

Le fait de devoir recourir à de telles manipulations devrait alerter les Français et susciter leur méfiance.

81 14

Vous aussi, participez au débat :
Faut-il autoriser l'euthanasie ?

Photo de Non connecté
  • Photo de Pierre-Emmanuel Brugeron non

    17 février 2012, 12:56

    Pierre-Emmanuel Brugeron
    Une clarification des situations les plus "emblématiques" est toujours bienvenue, surtout lorsqu'ils sont tant répétés et mis en avant. Le cas de Chantal Sébire est tout-à-fait important à comprendre, comme symbole de cas manipulable si mal compris...
    0 1
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Jacqueline Jencquel oui

    21 février 2012, 15:00

    Jacqueline Jencquel Secrétaire Générale de l'ADMD

    @Pierre-Emmanuel Brugeron 

    Chantal Sébire souffrait physiquement et moralement de sa maladie et des conséquences de sa maladie...C' était à elle de prendre la décision de subir d' autres traitements dont on ne savait pas du tout s' ils allaient la soulager ou non.

    Si une maman décide qu' il vaut mieux que son enfant meure, c' est que la souffrance de l' enfant est vraiment terrible et sans espoir de guérison.

    La médiatisation de ces cas alertent l' opinion publique et c' est une bonne chose car Vincent Humbert et Chantal Sébire ont obligé le gouvernement à faire un petit pas de plus vers l' autodétermination des patients
    3 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Koz Toujours non

    23 février 2012, 18:01

    Koz Toujours Blogueur

    @Jacqueline Jencquel 

    Il n'est pas exact de dire qu'on ne savait pas : Chantal Sébire a refusé des interventions très en amont qui aurait pu la soigner et l'on sait, aussi, que la morphine soulage davantage que le doliprane, non ? Il reste qu'elle avait le droit d'avoir les conceptions qu'elle voulait, mais que des conceptions aussi personnelles ne doivent pas conduire à modifier la loi.
    0 2
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Claudette Pierret oui

    12 juillet 2013, 23:02

    Claudette Pierret

    @Koz Toujours 

    Koz toujours, ne seriez-vous pas un médecin des soins palliatifs par hasard ??? Votre réponse me le laisse croire... et si tel est le cas, vous défendez votre chapelle, c'est de bonne guerre... quoi que.... !!!
    Vous ne semblez pas comprendre que soins palliatifs et demandes d'euthanasie peuvent très bien cohabiter ! Peut-être que vos croyances religieuses entrent aussi en ligne de compte pour refuser d'accepter que quelqu'un d'autre que Dieu reprenne la vie. Mais voilà, tout le monde n'est pas croyant et même parmi les croyant(e)s (dont je suis), ma charité chrétienne me dit d'aider mon prochain, et mon prochain qui arrive en fin de vie, j'ai aussi envie de l'aider dans sa détresse et dans sa demande à être aidé pour passer le cap difficile du passage de la vie à la mort ? De quel droit pensez-vous pouvoir vous y opposer ?
    Et comment pouvez-vous parler ainsi du cas de Chantal Sébire ? Est-ce vous qui enduriez ses souffrances ? Est-ce vous qui aviez le visage ainsi déformé ? C'était tout à fait son droit de refuser des interventions, même si elles étaient en amont comme vous dites ! Le ton sarcastique et hautain que vous employez pour parler de cette dame est très déplaisant et.. déplacé !
    La seule phrase avec laquelle je serai d'accord dans votre intervention, c'est "elle avait le droit d'avoir les conceptions qu'elle voulait" et moi j'ajouterai que "vous n'avez pas le droit de vous opposer à ses conceptions à elle" que ces conceptions sont partagées par 90 % des Français et que le petite majorité des gens qui, comme vous, sont opposés à la modification de la loi, ne doit pas faire reculer le gouvernement et François Hollande. Il a fait des promesses lors de sa campagne électorale et a été élu sur les promesses faites. Quoi de plus normal qu'il les tiennent !



    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Pierre Prot

    27 mars 2012, 11:38

    Pierre Prot Ingénieur

    @Jacqueline Jencquel 

    Vous êtes certaine que si Mme Humbert et son fils avaient été plus entourés et soutenus, elle aurait voulu la mort de son fils ?

    Si oui, comment expliquez-vous les doutes de certains soignants ?
    0 1
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Guillaume Ballin oui

    19 décembre 2012, 14:53

    Guillaume Ballin Développeur informatique.

    @Jacqueline Jencquel 

    Ce que vous dites est totalement faux, Chantal Sébire n'avait aucune chance de guérison, elle était condamnée et n'a jamais refusé une intervention ou médication qui aurait pu la soigner, elle n'a refusé que de servir de cobaye et d'être transformée en légume alors que c'était tout ce que proposaient les médecins.
    2 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Claudette Pierret oui

    12 juillet 2013, 23:03

    Claudette Pierret

    @Guillaume Ballin 

    C'est koz toujours qui dit cela concernant Chantal Sébire
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Fautpaspousser Malo non

    04 mars 2012, 20:36

    Fautpaspousser Malo
    VIDÉO : "Temoignage de Herve Messager Kiné de Vincent Humbert" -
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Armand Stroh oui

    17 mars 2012, 17:18

    Armand Stroh Enseignant retraité . Membre de l' Association Ultime Liberté
    Chaque cas de fin de vie, comme chaque vie en elle-même, est une singularité, du point de vue des causalités complexes, des circonstances, etc. Encore plus à partir du moment où on considère que chaque personne humaine doit pouvoir agir de façon libre. Il est alors facile, comme vous le faite , d' analyser la complexité de la construction des choix de ceux qui décident de mettre fin à leur vie.
    Mais on pourrait évidemment faire la même chose avec tous les cas qui sont supposés, d'après vous, "choisir" librement de continuer à vivre dans les conditions où la loi actuelle les contraint à le faire !
    Considérez-vous que la COMPLEXITE de la construction des choix personnels est un argument contre la LIBERTE de ces choix ?
    Évidemment, des principes collectifs à l' emporte pièce, qui imposent d' en haut de façon univoque et quasi totalitaire ce qui est "Bien" ou "Mal", peuvent faire l' économie d'une telle complexité des choix issus de la liberté humaine.

    La vraie question est en effet là : tout choix humain réel, une fois réalisé, peut être analysé de façon critique, pour savoir si on n'aurait pas pu faire mieux ...
    Il s'agit donc de savoir si on veut ou non prendre les risques inhérents à la liberté humaine.
    1 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Armand Stroh oui

    17 mars 2012, 17:46

    Armand Stroh Enseignant retraité . Membre de l' Association Ultime Liberté
    (Suite de la réponse)

    Dans la perspective que nous proposons comme "Ultime Liberté" , c'est précisément au titre de la valeur supérieure de la Liberté humaine de chaque personne que nous le faisons : chaque personne - sauf cas particuliers à justifier - est, pour nous, apte à juger en dernière instance, lorsqu'elle est suffisamment informée sur son état réel et sur les alternatives possibles , si et dans quelles conditions elle veut continuer ou non à vivre.

    Vous défendez au contraire l' idée que c'est la société collective ( et apparemment pour vous une certaine "communauté de référence" - religieuse en l' occurrence ), qui a le droit voire l' obligation de poser des limites à l'exercice de la liberté Y COMPRIS quand cet exercice n' a de conséquences que sur la personne elle-même.

    Vous considérez donc que les personnes humaines en général n'ont pas le droit de disposer d'elles-mêmes...

    C'est votre opinion , et nous vous en laissons le droit... pour vous mêmes et ceux qui pensent comme vous. Mais ceux qui, parmi nous, se réfèrent uniquement à leur propre liberté personnelle mutuellement reconnue entre personnes "souveraines, libres et égales" , n'ont plus aucune raison de subir vos propres "législations".
    1 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Etienne Degiovanni non

    17 mars 2012, 18:55

    Etienne Degiovanni

    @Armand Stroh 

    Votre vision de la vie est complètement désincarnée ! J'ai l'impression que vous considérez l'être humain comme un pur esprit et non un animal très intelligent, je vous le concède, mais charnel. Nous ne sommes pas des fantômes ! Notre cerveau influe sur notre corps et notre corps influe sur notre cerveau.

    Votre expression "sauf cas particuliers à justifier" montre notre différence. Pour moi et pour les neurosciences aussi d'ailleurs, l'hypothèse de base est que l'animal Homme a un instinct et une volonté de survie, comme tout animal sur cette planète.

    Cet instinct de survie peut être amoindri par la souffrance ou la peur d'une souffrance. De nombreux adhérents de l'ADMD et peut-être de votre association veulent être euthanasiés parce qu'ils ont peur de souffrir ou de perdre leurs facultés intellectuelles. Cela pose la question de l'utilité de la société.

    Est-ce que la société est là pour aider à survivre tous les être humains ou seulement ceux qui le veulent ? Je ne veux pas d'une société qui, au lieu de chercher les causes du désir de suicide de ses membres et de trouver des solutions, désespère d'elle-même et accède à leur demande de suicide. D'autant que dans la majorité des cas, elle redonne le goût de vivre à ces personnes.
    0 2
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Claudette Pierret oui

    12 juillet 2013, 23:13

    Claudette Pierret

    @Etienne Degiovanni 

    Vous parlez de l'ADMD. Les adhérents de l'ADMD ne demandent pas que leur soit fourni une pilule pour la prendre quand bon leur semble. Ils demandent a être aidés quand ils se retrouvent dans une situation d'impasse thérapeutique et impasse de vie tout simplement. Il n'est pas question de donner la mort à des personnes qui sont soignables et qui, effectivement, peuvent retrouver le goût de vivre. Il ne faut pas tout mélanger !
    Quand on aide une personne âgée et/ou malade à mourir pour réduire ses souffrances et son agonie, ce n'est pas la même chose que d'aider des personnes dépressives à se suicider.
    La loi doit bien encadrer tout cela pour éviter justement les dérives. La loi Belge a fait ses preuves et personne ne voudrait revenir en arrière en Belgique donc il n'y aurait pas de honte à copier cette loi qui satisfait la grande majorité des médecins et des malades belges.
    Comme en France, il y aura toujours une petite majorité qui, pour des convictions philosophiques ou religieuses seront contre, mais la grande majorité du peuple belge se réjouit d'avoir cette loi à disposition.


    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Pierre Prot

    27 mars 2012, 11:36

    Pierre Prot Ingénieur
    La formulation de l'ADMD "Vincent sera peut-être mort, sa mère aura, enfin, exaucé ses voeux" me semble tout à fait révélatrice de la problématique :
    - s'agissait-il des voeux de la mère ?
    - s'agissait-il des voeux du fils ?

    Probablement les deux. Le désir de la mère étant bien entendu entretenu par le désir du fils, mais le désir du fils étant également motivé, entretenu et cautionné par le désir de la mère (dans sa lettre au président, Vincent disait également vouloir quitter ce monde afin de ne plus faire souffrir sa mère qui s'occupait de lui bien seule, délaissée de la société).

    Ceci illustre bien les dérives de l'euthanasie : notre "désir" de mort sera entretenu par notre "désir" de voir nos âgés quitter ce monde, et la sensation de voir la société "désirer" notre départ.

    Personne ne demandera l'euthanasie le couteau sous la gorge, certes, mais soyons certain que personne ne la demandera en pleine liberté.

    Pierre
    0 2
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Profil supprimé

    09 janvier 2013, 06:32

    Profil supprimé

    @Pierre Prot 

    "soyons certain que personne ne la demandera en pleine liberté."

    Pur délire philosophique.

    Qu'est-ce que la pleine liberté?
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Claudette Pierret oui

    12 juillet 2013, 23:18

    Claudette Pierret

    @Pierre Prot 

    Si vous avez lu le livre de Vincent Humbert, vous ne pouvez pas vous poser la question "s'agissait-il des voeux de la mère" parce que la réponse est criante dans le bouquin !
    Marie Humbert n'a accédé à la demande de son fils que très longtemps après qu'il lui ait demandé de l'aide à mourir une première fois.
    Il ne faut pas faire dire au livre ce qu'il ne dit pas et ne pas se poser les questions que les principaux intéresssés ne se sont pas posées. Vincent était condamné à vivre toute sa vie (et à 20 ans, la vie risque d'être longue !) en ne bougeant qu'un petit doigt ! Essayer de vous mettre à sa place ne serait-ce que quelques heures et vous devriez trouvé une réponse évidente à vos questions !

    bonne réflexion !
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Manu LeNuisible oui

    12 août 2012, 14:28

    Manu LeNuisible militant écologiste et animaliste non cablé au net donc pas souvent dans les parrages.
    Et les dérives de l'autre côté vous ne les mentionnez pas. J'estime être en droit de décider qd je souhaite mourir ou non et ce n'est pas quelques gratte papier encravatés qui doivent me dicter mes décisions.

    Combien de cas de personnes souhaitant mourir qui se sont vu refuser pour quelques raisons abjectes !
    2 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Afficher plus de réactions

Sur le même thème

Photo de Maxime Domergue oui
Maxime Domergue
Pétition et prise de position de 2 écrivaines
Photo de Etienne Degiovanni non
Etienne Degiovanni
39% des gens qui demandent l'euthanasie changent d'avis s'ils ont accès aux soins palliatifs
Photo de Linda Couture non
Linda Couture Directrice, Développement de projets et Mobilisation citoyenne, Prima Communication.
Selon la logique de M Romero, la loi belge permettant l'euthanasie devrait être abolie?
Photo de Aurelie Darbouret
Aurelie Darbouret Ex-Journaliste à Newsring
Eva Joly réservée sur l'euthanasie, pour davantage de soins palliatifs
Photo de Etienne Degiovanni non
Etienne Degiovanni
Le sondage révèle que 51% des gens sont pour une loi qui existe déjà !
Photo de Yvan Bachaud oui
Yvan Bachaud
Tout le monde doit avoir le choix de sa fin de vie, selon ses propres critères personnels
Photo de Véro Giljaammo non
Véro Giljaammo
Euthanasie - soins palliatifs : de quoi parle-t-on ?
Photo de Linda Couture non
Linda Couture Directrice, Développement de projets et Mobilisation citoyenne, Prima Communication.
"Mourir dans la dignité" par injection létale, vraiment??
Photo de Stéphanie Sadorge oui
Stéphanie Sadorge
Facile d'être contre quand on n'est pas soi-même concerné
Photo de Jacqueline Salenson oui
Jacqueline Salenson
c'est toujours la même position par rapport à une vie qui serait sacrée, pour quoi? pour qui?
Photo de Le Camarguais non
Le Camarguais Retraité de l'encadrement et blogueur
La dignité n'a rien à voir avec la maladie où le handicap
Photo de Carole Gouyé oui
Carole Gouyé
Euthanasie : il n'est pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre
Photo de Fautpaspousser Malo non
Fautpaspousser Malo
Euthanasie et suicide assisté : mourir dans l'indignité
Photo de Laura Trompette
Laura Trompette Journaliste et Community Manager Newsring
«Quelques heures de printemps» : un regard sur l’euthanasie
Photo de Brice Lahaye
Brice Lahaye Journaliste Newsring
L'euthanasie active représenterait 0,8% des décès en France
Photo de Arnaud Le Bour contre
Arnaud Le Bour
"Mariage pour tous, un militant PS « en souffrance »"
Photo de Émilie Frelat
Émilie Frelat Journaliste Newsring
Euthanasie: polémique en Belgique après la mort de jumeaux sourds et aveugles
Photo de Maxime Pilard
Maxime Pilard Journaliste Newsring
L'euthanasie d'un tétraplégique contre l'avis de ses parents
Photo de François de Closets oui
François de Closets Journaliste, écrivain
Euthanasie et suicide assisté: religieux et médecins veulent décider pour les citoyens et leur imposer le devoir d’agonie
Photo de Claudette Pierret oui
Claudette Pierret
La Suisse n'a pas dépénalisé l'euthanasie

Principaux arguments "Oui"

Photo de Stéphanie Sadorge oui
Stéphanie Sadorge
Il s'agit simplement d'offrir un choix aux malades concernés
Photo de Audrey Hautem oui
Audrey Hautem
Le droit à l'euthanasie est indispensable

Principaux arguments "Non"

Photo de François Martin non
François Martin LibertéPolitique.com
La fin de toute protection contre la pression psychologique des proches
Photo de Koz Toujours non
Koz Toujours Blogueur
Une société digne de ce nom assure la dignité dans la vie, pas dans la mort

Derniers arguments

Photo de Claudette Pierret oui
Claudette Pierret
La Suisse n'a pas dépénalisé l'euthanasie
Photo de Alain Tizioli oui
Alain Tizioli un citoyen lambda
Oui, à condition que cela soit strictement encadré
Photo de Tolérance Routière oui
Tolérance Routière
FAUT IL AUTORISER LE MAINTIEN DE LA VIE ARTIFICEL?
Photo de Jacqueline Salenson oui
Jacqueline Salenson ex déléguée de l'admd de 2007 à 2013
Chacun doit être libre de ses choix de vie, jusqu'à la fin, et respecté par les médecins
Photo de Paul Pierra oui
Paul Pierra Père d'Hervé Pierra, adhérent à l'ADMD
Euthanasie: lettre ouverte aux médecins belges