Les homosexuels pourraient être autorisés à donner leur sang

Un rapport commandé par Jean-Marc Ayrault préconise d'ouvrir les dons du sang aux homosexuels

Un rapport, remis mardi 16 juillet à la ministre de la Santé, Marisol Touraine, préconise de mettre fin à l’interdiction pour les homosexuels de donner leur sang. Olivier Véran, le député PS de l’Isère,  chargé par le Premier ministre [...]

Lire la suite

Photo de Profil supprimé non
Profil supprimé

Les revendications communautaires sont hors de débat : seul l'intérêt des receveurs compte

La question soulevée ici devrait à mon sens ne se baser que sur la réflexion en lien avec la sécurité transfusionnelle. La question est en réalité : "Est-il bénéfique aux patients receveurs de produits du sang d'inclure les homosexuels et bisexuels mâles en activité ?"

La réponse est oui : 

  • parce que l'offre de sang est inférieure à la demande et que la transfusion sauve des vies
  • parce que le risque de sang contaminé (qui est plus important au sein de cette population que dans la population générale) est écarté grâce à l'interrogatoire et aux techniques de recherche indirectes (anticorps) et directes (virus).

Mais la question d'autoriser le don pour faire plaisir, pour éviter une "discrimination" ou dans un combat communautaire est à mon avis tout à fait déplacée : le droit au don de sang n'existe pas (il n'y a a pas de droit au devoir).

On peut juger que l'exclusion de certaines populations est stupide mais la relier à une discrimination volontaire sans être forcément stupide est au moins "paranoïaque". Les états d'âme des populations écartées ne sont pas un argument dans ce débat. Ainsi, les gens qui ont eu un cancer, guéri ou pas, sont écartés du don du sang : c'est une décision médicalement très discutable pour les patients en bonne santé au cancer guéri.

S'agit-il pour autant d'une discrimination intolérable ? Evidemment que non, en revanche cette exclusion peut être préjudiciable aux malades qui ont besoin de sang. 

11 15

Vous aussi, participez au débat :
Faut-il autoriser les homosexuels à donner leur sang ?

Photo de Non connecté
  • Photo de Michel Rosenheim non

    27 janvier 2012, 10:34

    Michel Rosenheim Maître de conférence, praticien hospitalier à l'AP-HP, ancien conseiller de Mme Bachelot
    Vous parlez de discrimination. Les mots ne sont pas innocents. l'ex-Halde, saisie de ce point, avait clairement indiqué que la non-inclusion des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes ne constituait pas une discrimination.
    1 3
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Alexandre Marcel oui

    27 janvier 2012, 11:22

    Alexandre Marcel

    @Michel Rosenheim 

    La Commission européenne a confirmé, dans une réponse datée du 17/08/2011, qu’elle autorise les gays et bisexuels à donner leur sang. Même si les textes européens ont toujours été clairs, certains pays ont justifié l’exclusion des gays et bisexuels par «l’application» de la directive européenne 2004/33/CE. La Commission a aussi rappelé à ses États membres qu’ils ne doivent pas discriminer sur la base de l’orientation sexuelle, et les a invités à ne pas confondre orientation et comportement sexuels.
    3 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Profil supprimé non

    28 janvier 2012, 17:19

    Profil supprimé

    @Alexandre Marcel 

    Donc la cour dit qu'on doit accepter le don d'une personne qui a une orientation homosexuelle mais sans relations homosexuelles. C'est bien ce que fait l'EFS.
    En fait vous seriez prêt au nom de la luute communautaire gay à faire prendre des risques aux receveurs ?
    2 3
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Réaction en attente de modération ou supprimée.

  • Photo de Non connecté
  • Photo de Profil supprimé non

    28 janvier 2012, 17:40

    Profil supprimé
    Compte tenu de la majoration (certes infime mais non nulle) du risque de contamination des receveurs par le don de sang des HSH, il paraît raisonnable de prolonger le principe de précaution pour une raison essentielle : si comme hélas on l'observe en ce moment, l'épidémie venait à augmenter chez ces HSH, majorant d'autant le risque de contamination des receveurs, il deviendrait très difficile de revenir en arrière compte tenu des pressions communautaires exercées par certains pour qui la santé des malades receveurs paraît passer au second plan...
    1 2
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Jean-René Courtois oui

    14 juin 2012, 16:52

    Jean-René Courtois
    Comparer l'homosexualité à une maladie comme le cancer est pour le moins maladroit. Si on interdisait aux noirs de donner leur sang sous prétexte qu'en Afrique il y a beaucoup plus de malades du Sida que diriez vous ?

    Le débat est bien sur le fait qu'il faut dissocier les comportements des populations !
    2 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Profil supprimé non

    14 juin 2012, 18:37

    Profil supprimé

    @Jean-René Courtois 

    c'est vous qui faites cette comparaison et me la prêter est insultant, je ne fais que mettre en vue différentes contre-indications au don du sang.
    Il se trouve que les séjours en Afrique sont également des contre_indications et un séjour en Angletterre aussi : vous voyez qu'il n'y a pas de quoi vous énerver et me suspecter à demi-mot de racisme ou d'homophobie...

    1 1
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Jean-René Courtois oui

    14 juin 2012, 22:59

    Jean-René Courtois

    @Profil supprimé Profil supprimé 

    Vous mettez sur le même plan le fait d'avoir eu le cancer au fait d'être homosexuel.
    Je tiens juste à vous rappeler que ce qui est important c'est le comportement. Le fait de coucher avec d'autres hommes n'est pas selon moi un comportement à risque. Le fait de coucher avec des hommes ou des femmes sans protection, oui.
    Je critique bien ici votre raccourci.

    Pour faire un parallèle moins choquant, je rapprocherais cela du contrôle d'identité au faciès. Les statistiques nous montrent (parce qu'il est facile de leur faire dire ce qui nous arrange) que les roumains sont plus susceptibles de commettre des larcins, donc il faut tous les contrôler...

    Que cela soit clair, je ne vous accuse pas de racisme, j'essaye juste de remettre les choses dans leur contexte... Essayons donc de faire confiance aux gens et de ne pas leur prêter des intentions. Pour avoir lu votre prose, je ne pense pas que vous soyez homophobe non plus, sinon je ne m'essaierais pas de vous convaincre de quoi que ce soit.
    2 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Profil supprimé non

    15 juin 2012, 09:16

    Profil supprimé

    @Profil supprimé Profil supprimé 

    En fait, si les hommes et les femmes avaient des relations protégées ou fidèles, les MST auraient disparu. La question des écarts est fondamentale : un rapport non protégé entre 2 hommes, c'est 200 fois plus de risque qu'un rapport hétéro non protégé. c'est un chiffre qu'on ne peut balayer d'un revers de la main : vous avez le droit de vous tromper 200 fois sur les pratiques sexuelles d'un hétéro pour une seule fois en cas d'HSH.
    Mais si vous me trouvez une méthode pour savoir sans risque d'erreur, si des personnes (hétéro ou homo peu importe) si des personnes ont eu un rapport non protégé, la question peut être ré envisagée et vous aurez probablement raison. En attendant...
    1 2
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Jean-René Courtois oui

    16 juin 2012, 01:15

    Jean-René Courtois
    J'ai trouvé une méthode infaillible pour savoir si les gens ont eu une relation non protégé. On leur demande et on leur fait confiance.
    Forcément, si la première chose qu'on fait c'est de leur demander leur orientation sexuelle et de se baser sur des préjugés alors on ne peut pas s'en sortir.

    Oui, il s'agit bien de préjugés : cette personne on ne la connait pas, et on la juge potentiellement plus dangereuse sous prétexte de son orientation sexuelle.
    On qualifie de pratique à risque le fait d'avoir des relations homosexuelles. Si tout cela ne vous dérange pas plus que ça, alors vous avez raison. Faisons confiance aux statistiques et dans ce cas batissons nous une société au risque 0 dans laquelle chacun reste chez soi, car c'est bien connu, on a beaucoup plus de risque dès qu'on sort de chez soi...
    2 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Profil supprimé non

    16 juin 2012, 16:48

    Profil supprimé

    @Jean-René Courtois 

    Hélas, il faut faire un peu de statistiques en médecine afin de prendre des décisions éclairées. ici l'unique objectif est de ne pas infecter des patients par des virus comme HIV voire des virus encore inconnus.
    Je ne suis pas d'accord du tout : Il faut tendre vers le risque zéro lorqu'on transfuse des enfants. Avez-vous déjà oublié les milliers de gosses qui sont morts parce que le risque était mal évalué ? ces morts dramatiques sont dans mon esprit toutes aussi préoccupantes que l'épidémie de SIDA, de Syphillis et autres MST qui sévit dans le "milieu homosexuel", épidémie que tout le monde semble ne pas vouloir voir.
    Donc, nier l'épidémiologie ou pire la négliger est dans le contexte de la transfusion sanguine, assimilable à une inconscience criminelle. (ces deux derniers mots étant tout à fait mesurés)
    0 3
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Adam Weiner

    03 avril 2013, 19:48

    Adam Weiner
    Intéréssant celui ci, et difficil. D'un côté on ne veut pas stigmatiser la population homosexuelle de par leur homosexualité - de l'autre on cite des probabilités plus elevés de contamination, citant des statistiques qui semblent crédibles.
    Je n'ai pas réfléchi à cette question - mais ... si on doit choisir qui peut donner du sang ou pas, pour minimiser les possibilités de contamination, on est obligé à discriminer. Mais... si quelqu'un n'a pas eu de rapport sexuel sans protection dans les 6 mois qui précèdent, est-ce que le fait que les probabilités de transmission de MST par rapport sexuel homosexuel non-protégée est plus élevée change quelque chose? Et si la réponse est "Oui" - je supposes que hétérosexuel ou homosexuel, on n'accepte pas? Alors ou est le problème?
    1 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Afficher plus de réactions

Sur le même thème

Photo de Olivier Laffargue
Olivier Laffargue Ancien journaliste Newsring
76 % des Français trouvaient cette interdiction injustifiée en 2009
Photo de Profil supprimé oui
Profil supprimé Etudiant en architecture
Seul risque: que le donneur mente... (à l'encontre d'un acte de solidarité)
Photo de Profil supprimé non
Profil supprimé
Oui, après un interrogatoire précis
Photo de Geoffrey Léger oui
Geoffrey Léger Militant des droits de l'Homme.
L'Etablissement français du sang est-il homophobe ?
Photo de Jean-Luc Romero oui
Jean-Luc Romero Conseiller régional PS
Il faut adopter le système espagnol ou italien pour reglementer le don du sang
Photo de Geoffrey Léger oui
Geoffrey Léger Militant des droits de l'Homme.
Cette interdiction provoque t-elle de nouvelles contaminations ?
Photo de Arnaud Mouillard oui
Arnaud Mouillard Blogueur
Interdire les homosexuels du don de sang est discriminatoire
Photo de Kaushik Nydegger oui
Kaushik Nydegger Citoyen Suisse
Qu'est-ce que l'orientation sexuelle à avoir avec le don de sang ?
Photo de Kaushik Nydegger oui
Kaushik Nydegger Citoyen Suisse
qu'est-ce que l'orientation sexuelle à avoir avec le don de sang ?
Photo de Brice Lahaye
Brice Lahaye Journaliste Newsring
Le don du sang par les homosexuels exclu pour le moment par Marisol Touraine
Photo de Maxime Pilard
Maxime Pilard Journaliste Newsring
Don du sang: les homosexuels bientôt acceptés?
Photo de Frédéric Pecharman oui
Frédéric Pecharman Coordinateur du collectif Homodonneur, secrétaire du collectif 25 000 donneurs
Don du sang: pourquoi il ne faut pas distinguer homos et hétéros
Photo de Véronique Massonneau oui
Véronique Massonneau Députée écologiste de la Vienne
Don du sang: la législation actuelle est discriminante envers les homosexuels
Photo de Christophe Beneton oui
Christophe Beneton Consultant pour l'industrie pharmaceutique
Don du sang: ce ne sont pas les homos mais leurs pratiques sexuelles qui sont écartées
Photo de Benoît Lauprêtre non
Benoît Lauprêtre
Épidémiologie versus fantasme d'homophobie.
Photo de Benoît Lauprêtre non
Benoît Lauprêtre
Don du sang: épîdémiologie versus fantasme d'homophobie
Photo de Philippe Gosselin non
Philippe Gosselin Député UMP de la Manche
Aucune raison de refuser le don du sang aux homosexuels s’il est prouvé que les transfusés ne risquent rien
Photo de Michel Monsellier non
Michel Monsellier Vice-président de la Fédération Française pour le Don du Sang Bénévole
Les homosexuels pourraient donner leur sang s’ils n’avaient pas de relations sexuelles entre hommes
Photo de Cyril Chevreau oui
Cyril Chevreau président de l'association Pourquoi Sang priver ?
Don du sang des homosexuels : le gouvernement n’a malheureusement pas le courage d'agir
Photo de Boris Delatre non
Boris Delatre SerialBloggeur
Encore des risques !

Principaux arguments "Oui"

Photo de Christophe Beneton oui
Christophe Beneton Consultant pour l'industrie pharmaceutique
Don du sang: ce ne sont pas les homos mais leurs pratiques sexuelles qui sont écartées
Photo de Thierry de Cabarrus oui
Thierry de Cabarrus Ancien journaliste, chroniqueur sur Le Plus
Aux médecins de répondre

Principaux arguments "Non"

Photo de Dominique COSTAGLIOLA Costagliola non
Dominique COSTAGLIOLA Costagliola Directrice de recherches à l'INSERM et à l'Université Pierre et Marie Curie Epidemiologie
Don du sang: les homos sont 100 fois plus à risque que les hétéros
Photo de Michel Monsellier non
Michel Monsellier Vice-président de la Fédération Française pour le Don du Sang Bénévole
Les homosexuels pourraient donner leur sang s’ils n’avaient pas de relations sexuelles entre hommes

Derniers arguments

Photo de Boris Delatre non
Boris Delatre SerialBloggeur
Encore des risques !
Photo de Dominique COSTAGLIOLA Costagliola non
Dominique COSTAGLIOLA Costagliola Directrice de recherches à l'INSERM et à l'Université Pierre et Marie Curie Epidemiologie
Don du sang: les homos sont 100 fois plus à risque que les hétéros
Photo de Cyril Gazengel oui
Cyril Gazengel Internaute
L'homosexualité n'est pas une maladie, c'est une orientation sexuelle comme les autres
Photo de Alexandre Marcel oui
Alexandre Marcel Président du comité IDAHO France (International Day Against homophobia and Transphobia)
Dons du sang: les stéréotypes sur l’infidélité des homosexuels gangrènent l’EFS
Photo de Benoît Lauprêtre non
Benoît Lauprêtre
Don du sang: épîdémiologie versus fantasme d'homophobie