Histoire de fesses

Le porno serait-il un genre typiquement masculin ?

L’industrie du sexe honni des féministes ? Que nenni répondent les militantes, qui pénètrent petit à petit un business monopolisé par les hommes. En 2008, déjà, Sophie Bramly ouvrait le bal avec «X Femmes», série de courts-métrages réalisés [...]

Lire la suite

Contexte

Le porno serait-il un genre typiquement masculin ?

L’industrie du sexe honni des féministes ? Que nenni répondent les militantes, qui pénètrent petit à petit un business monopolisé par les hommes. En 2008, déjà, Sophie Bramly ouvrait le bal avec «X Femmes», série de courts-métrages réalisés par des personnalités comme Mélanie Laurent ou Arielle Dombasle. Avec son provocant «Dirty Diaries», la documentariste suédoise Mia Enberg cherche, elle aussi, à sortir des clichés sexistes, encore prégnants dans un porno «traditionnel» un poil phallomaniaque. Mais y a-t-il un public pour un film X plus culturel, plus érotique, plus pudique ? Un porno plus respectueux des femmes, «plus réaliste et moins hétéromasculin» peut-il vraiment s’imposer dans le paysage du film pornographique, et conquérir les fantasmes féminins ?

Entrer dans le débat

Principaux arguments Non

Photo de Christian Creseveur non
Christian Creseveur Dessinateur et scénariste
En braille, alors?
Photo de Autre Chose non
Autre Chose
Le porno "féministe" est un leurre

Principaux arguments Oui

Photo de David Simard oui
David Simard Philosophe, diplômé de psycho-sexologie
Qu'est-ce que la pornographie ? Et le féminisme ?
Photo de Hugo Slav oui
Hugo Slav
Le porno n'est-il pas féministe par essence ?