Multiplication des écrans

La ministre de la Culture Aurélie Filippetti se penche sur une extension de la redevance à tous les écrans connectés

Le financement de l'audiovisuel public est obsolète, c'est en substance ce qu'il faut comprendre de la déclaration de la ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, lorsqu'elle annonce examiner une possible réforme. Pour elle, taxer aussi les [...]

Lire la suite

Contexte

La ministre de la Culture Aurélie Filippetti se penche sur une extension de la redevance à tous les écrans connectés

Le financement de l'audiovisuel public est obsolète, c'est en substance ce qu'il faut comprendre de la déclaration de la ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, lorsqu'elle annonce examiner une possible réforme. Pour elle, taxer aussi les écrans d'ordinateur est une évolution envisageable : «Est-ce qu’il faut étendre la redevance à des écrans quand on n’a pas de télévision ? C’est une question qui se pose, mais cela serait une redevance évidemment par habitation.»

Dans notre monde envahi d'écrans et cerné de haut débit, le bon vieux téléviseur a du plomb dans l'aile. Aujourd'hui, nul besoin de télévision pour regarder les programmes des chaînes publiques, financées par la redevance. Du smartphone à la tablette, notre consommation d'images est en train de changer radicalement, et se diversifie sur de nombreux nouveaux terminaux. Avec Google, même des lunettes permettront de regarder la télévision.

L'autre raison qui pourrait justifier d'étendre la redevance, c'est que le financement de l'audiovisuel public a du plomb dans l'aile. Un rapport sénatorial le souligne : la taxe sur les opérateurs mise en place en 2009 pour compenser l'arrêt de la publicité après 20 heures est menacée par la cour de justice de l'Union européenne, qui pourrait l'annuler. Cela se traduirait par un manque à gagner de 250 millions d'euros chaque année.

Ce n'est pas la première fois qu'une telle disposition est examinée. En vain : en 2008, le député indépendant Jean Dionis du Séjour voulait étendre la redevance à chaque foyer équipé d'un ordinateur et d'un accès haut-débit. En 2009, un amendement au Sénat reprenait cette proposition, puis encore en 2010 à l'Assemblée. Mais pour Bercy, cette extension de la redevance ne devrait rapporter que de 14 à 25 millions d'euros...

Faut-il étendre la redevance aux ordinateurs ?

Entrer dans le débat