Désir d'avenir

Ségolène Royal : «Il faut que je reprenne un autre chemin»

Les hommages, en politique, sont rarement bon signe. «Ségolène Royal, c’est une voix qui compte. Elle continuera à agir dans sa région, et au niveau national», avait déclaré la Première secrétaire du PS, Martine Aubry, le soir du second tour [...]

Lire la suite

Royal règle ses comptes avec Valérie Trierweiler, et dénonce un complot pour expliquer ses échecs

Dans le magazine Le Point, paru le jeudi 21 juin, Ségolène Royal règle ses comptes avec Valérie Trierweiler, et explique ses récents échecs par une étonnante théorie du complot, qui aurait été fomenté par Paris Match, qui était l'employeur de la compagne de François Hollande en 2007, et Nicolas Sarkozy entre autres.

«Je me dis qu'en 2007 ça n'a pas dû arranger les choses. Je comprends pourquoi François ne m'a pas aidée», explique-t-elle. C’est durant cette année 2007, quand elle était candidate à la présidentielle, que sa rupture avec M. Hollande a été consommée. «En 2007, je me suis dit : ça va passer, ça va s'arranger. Donc j'ai encaissé, confie-t-elle au Point. [Valérie Trierweiler] a profité de la situation. C'était facile, elle suivait le PS, elle suivait le Premier secrétaire. Dans un pays anglo-saxon, le jour même, c'est le licenciement. Mais Paris Match n'était pas mécontent de me voir affaiblie, alors ils l'ont laissée volontairement, comme tous les autres qui savaient.» Elle cite notamment Lagardère, le propriétaire de Paris-Match, et Nicolas Sarkozy. 

Elle revient également sur l’emballement médiatique qui a suivi le tweet de Valérie Trierweiler, qui apportait son soutien au dissident socialiste et rival de Ségolène Royal à La Rochelle, Olivier Falorni: «Je lis des articles sur les monarques, leurs maîtresses, leurs femmes. Mais c'est horrible ! Je suis une femme politique, je me bats, et je suis ravalée au rang de feuilleton, de théâtre de boulevard, de machin à trois, de trio!» s'indigne t-elle. Évoquant l’attaque de Valérie Trierweiler, elle dit que sa famille a été «bousillée»: «C'est l'inversion des rôles. C'est moi dont la famille a été bousillée, c'est moi qui pourrais avoir de la rancœur».

Photo de Non connecté

Sur le même thème

Photo de Julia Vergely
Julia Vergely Journaliste
Valérie Trierweiler souhaite garder son «indépendance financière»
Photo de Aurelie Darbouret
Aurelie Darbouret Ex-Journaliste à Newsring
Valérie Trierweiler a confirmé son contrat avec Paris Match
Photo de Grégory Rozières
Grégory Rozières Journaliste Newsring
Valérie Trierweiler publie un article dans Paris Match sur une autre première dame
Photo de Ariane Hermelin
Ariane Hermelin Journaliste Newsring
Le soutien de Valérie Trierweiler à Olivier Falorni agite la twittosphère
Photo de Victor Garcia
Victor Garcia Ex-journaliste à Newsring.
Valérie Trierweiler soutient Olivier Falorni et met le feu à la campagne législative
Photo de Victor Garcia
Victor Garcia Ex-journaliste à Newsring.
La presse étrangère s'empare du tweet de Trierweiler
Photo de Ariane Hermelin
Ariane Hermelin Journaliste Newsring
Ségolène Royal donnée battue par Olivier Falorni dans un sondage
Photo de Grégory Rozières
Grégory Rozières Journaliste Newsring
Royal répond à Trierweiler et Falorni
Photo de Thomas Renou
Thomas Renou Newsring
Valérie Trierweiler : «Je tournerai sept fois mon pouce maintenant avant de tweeter»
Photo de Brice Lahaye
Brice Lahaye Journaliste Newsring
Pour Royal, sa défaite à La Rochelle est «une humiliation»
Photo de François Jus oui
François Jus Publiciste et nationaliste.
Ségolène ou l'empêcheuse de tourner en rond
Photo de Émilie Frelat
Émilie Frelat Journaliste Newsring
Ségolène Royal absente du gouvernement à cause de Valérie Trierweiler ?
Photo de Émilie Frelat
Émilie Frelat Journaliste Newsring
Fashion Week : Valérie Trierweiler s'affiche aux côtés de Pierre Bergé
Photo de Brice Lahaye
Brice Lahaye Journaliste Newsring
D8 : Valérie Trierweiler abandonne son projet d'émission
Photo de Émilie Frelat
Émilie Frelat Journaliste Newsring
Tweet de Valérie Trierweiler : mea culpa envers Ségolène Royal qui n'est pas «un tabou»
Photo de Brice Lahaye
Brice Lahaye Journaliste Newsring
La Première dame Valérie Trierweiler avoue «avoir tâtonné au début»
Photo de Émilie Frelat
Émilie Frelat Journaliste Newsring
Trierweiler : Arnaud Lagardère dément les rumeurs de licenciement
Photo de Émilie Frelat
Émilie Frelat Journaliste Newsring
Valérie Trierweiler, heureuse d'être première dame et plus «un sujet polémique»
Photo de Brice Lahaye
Brice Lahaye Journaliste Newsring
Valérie Trierweiler en guerre contre Paris Match
Photo de Jérémie Maire
Jérémie Maire Ex journaliste Newsring
Valérie Trierweiler : coup de sang face à un caméraman

Principaux arguments "Oui"

Photo de Profil supprimé oui
Profil supprimé
lapsussitude...
Photo de Star Dust oui
Star Dust Blogueur
Parler d'une série d'échecs est un racourci excessif

Principaux arguments "Non"

Photo de Jorge Ferreira non
Jorge Ferreira
Arrêtons la personnalisation du débat politique
Photo de Alain La Roze non
Alain La Roze
elle est nulle

Derniers arguments

Photo de Alain La Roze non
Alain La Roze
elle est nulle
Photo de Jean-Philippe Troubé oui
Jean-Philippe Troubé
Simple réaction
Photo de Jorge Ferreira non
Jorge Ferreira
Arrêtons la personnalisation du débat politique
Photo de François Jus oui
François Jus Publiciste et nationaliste.
Ségolène ou l'empêcheuse de tourner en rond
Photo de Rømåîn Vf non
Rømåîn Vf Consultant en communication
Ne se relève que celui qui a fait en sorte qu'on lui tende la main. Pas Ségolène.