Officiellement «potable»

Deux millions de personnes auraient accès à une eau «non conforme aux réglementations», selon UFC-Que Choisir. L’association de consommateurs, qui a mené une enquête de deux ans, commune par commune, en se basant sur des résultats d'analyses [...]

Lire la suite

Photo de Yann OLIVAUX oui
Yann OLIVAUX
La qualité de l'eau du robinet en débat

Qualité de l'eau potable du réseau : la situation est bien plus préoccupante que l'on ne croit !

Le constat alarmant lancé par l'UFC Que choisir sur la qualité de l'eau du réseau repose sur des données fournies par le Ministère de l'écologie. Ces données officielles, basées sur des normes obsolètes, livrent une vision incomplète de l'étendue des dommages. Cela fausse l'analyse de l'UFC Que Choisir qui passe ainsi sous silence d'autres pollutions existantes. Notamment celles liées aux résidus pesticides, génétiques et médicamenteux présents dans l'eau.

L’association CriiEAU (Comité de Recherches et d'Informations Indépendantes sur l'Eau), en cours d’enregistrement et dont l'un des objectifs est d'informer correctement le public sur la qualité de l’eau du robinet, souhaite compléter l'analyse de l’UFC Que Choisir.

Au sujet des pesticides

"Le risque entraîné par les pesticides est celui de l’exposition à long terme, à des doses très faibles mais répétitives, avec des interactions possibles entre les différents pesticides. Les risques suspectés, sans qu’ils aient pu être démontrés à ce jour, pourraient être des cancers (leucémies notamment), des troubles du système nerveux ainsi que de troubles de la reproduction."

Le danger réel des pesticides est bien plus grand que ne l'indique l’UFC Que Choisir. Pour beaucoup de pesticides présents dans l'environnement, seuls 10 % du produit se trouvent sous sa forme moléculaire d'origine. 90 % du produit ont plus ou moins été dégradés par les UV et les bactéries de l'environnement. Ces molécules dégradées ne sont plus aisément détectables par les méthodes physico-chimiques conventionnelles.

Ces résidus possèdent pourtant très fréquemment une toxicité similaire aux molécules d'origine. C'est pourquoi l'effet biologique réel des pesticides est très mal évalué par les méthodes physicochimiques conventionnelles. Seuls des tests biologiques (test d'inhibition de la synthèse d'ARN, test d'ancrage cellulaire...) permettent d'en mesurer directement la toxicité. Ces tests biologiques, normalisés depuis 10 ans, ne sont hélas pas pris en compte par les normes réglementaires mesurant la qualité de l'eau.

Au sujet de la bactériologie

"Les défauts de traitement de potabilisation (chloration) ou des canalisations endommagées dans le réseau peuvent entraîner la présence de bactéries responsables par exemple de troubles intestinaux."

L’enquête ignore différents dangers microbiens transmis par l'eau potable, notamment :1) les Rotavirus et les Norovirus, résistants à une chloration ordinaire, et à l'origine de nombreuses épidémies de gastroentérites virales hivernales, d'après l'aveu même du Ministère de la Santé. 2) les fréquentes parasitoses transmises par l'eau potable (Giarda). 3) la transmission par l'eau potable de gènes de résistances aux antibiotique, situés sur des éléments génétiques mobiles, et transmis par des bactéries non pathogènes (germes banals de l'eau) non prise en compte par la réglementation. Ils nous sont transmis en droite ligne par l'élevage animal qui consomme les deux-tiers des antibiotiques consommés en France (rapport Afssa).

Au sujet de l’aluminium

"L’aluminium est utilisé sous forme de sels pour rendre limpides des eaux naturellement troubles. Bien qu’il n’y ait pas à ce jour de lien démontré entre l’exposition à l’aluminium et la maladie d’Alzheimer, par application du principe de précaution, il est recommandé de limiter les doses ingéré."

Concernant  le lien de cause à effet entre l'aluminium et la maladie d'Alzheimer, ce sujet a fait l’objet de controverses scientifiques dépassées depuis les années 60 (Cf reportage de Sophie Le Gall « Du poison dans l'eau»- France 3 - mai 2010). Rappelons que les sels d’aluminium peuvent être remplacés  en tant que floculant pour la potabilisation de l’eau par des sels de fer, en toute innocuité. Pourquoi cette bonne pratique tarde-t-elle à se diffuser ?

Au sujet des nitrates

"Les teneurs excessives en nitrates dans l’alimentation sont susceptibles de faire courir des risques de méthémoglobinémie (syndrome du bébé bleu) chez les nourrissons. En effet, les nitrates, transformés dans l’organisme en nitrites, peuvent par la modification des propriétés de l’hémoglobine du sang empêcher un transport correct de l’oxygène par les globules rouges.

Toutefois, aucun cas de méthémoglobinémie lié à l’eau d’alimentation n’est recensé aujourd’hui en France. Plus généralement, la présence de nitrates dans l’eau potable est un indicateur de pollutions d’origine agricole, qui peut s’accompagner de la présence d’autres polluants tels que des pesticides."

Il est tout à fait exact de signaler que la présence des nitrates dans l'eau est un indicateur de pollution d'origine agricole. Cependant la lecture détaillée de la littérature scientifique et médicale montre qu'aucun cas de méthémoglobinémie du nourrisson lié à la consommation d'eau contenant des nitrates n’est survenu en France au cours des 50 dernières années.

Il convient de rappeler qu'en Australie où la concentration en nitrates peut atteindre 300 mg/l dans certaines eaux potables (Alice Springs) il ne semble pas y avoir de catastrophe sanitaire chez les nourrissons. D'ailleurs, il n'existe pas dans le tube digestif des nourrissons de bactéries capables de réduire les nitrates en nitrites. Les seules méthémoglobinémies décrites sont celles liées à l'absorption directe de nitrites ou d'un réducteur similaire.

Notre association tient à disposition les références bibliographies scientifiques sur les problèmes soulevés par la qualité de l'eau potable en France.

Le CriiEAU est une association pluridisciplinaire de scientifiques, de juristes et de personnes qualifiées proposant de nouvelles méthodes d’évaluation de la qualité de l’eau et diffusant une information indépendante des grands groupes de traitement et de commercialisation de l'eau.

Contact : criieau@free.fr

 

5 0

Vous aussi, participez au débat :
Faut-il boire l'eau du robinet ?

Photo de Non connecté
  • Photo de Tatiana Kalouguine

    04 avril 2012, 15:43

    Tatiana Kalouguine Journaliste Newsring
    Bonjour,
    Après une telle démonstration, êtes-vous sûr de voter "oui" à la question posée: Faut-il boire l'eau du robinet? Et dans ce cas, malgré les différentes pollutions que vous pointez l'eau serait donc propre à être consommée?
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Yann OLIVAUX

    04 avril 2012, 16:13

    Yann OLIVAUX
    Bonjour,
    Effectivement une réponse positive à la question posée peut paraitre illogique mais cette interrogation est de type "fermé" et n'envisage pas le choix de filtrer l'eau du réseau qui reste à la libre appréciation de chacun y compris au sein de notre association. Une réponse négative serait interprétée comme favorable aux eaux en bouteilles.
    Ceci dit, l'objet essentiel du CriiEAU est d'évaluer le degré éventuel de toute eau alimentaire par l'utilisation de tests biologiques validés et fiables dans une démarche globale contrairement aux normes EDCH (Eaux Destinées à la Consommation Humaine) actuelles de nature analytique à partir de mesures physicochimiques. Celles-ci sont inadéquates pour rendre compte de l'effet "cocktail" avéré des polluants et de l'impact indéniable des faibles doses sur le vivant notamment des perturbateurs endocriniens.

    Bien à vous

    Yann Olivaux (auteur du livre "La nature de l'eau")
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté

Sur le même thème

Photo de Jean-François Donzier oui
Jean-François Donzier Directeur général de l'Office International de l'Eau (OIEau)
L'eau du robinet est de très loin le produit alimentaire le plus surveillé en France
Photo de Jean-François Donzier oui
Jean-François Donzier Directeur général de l'Office International de l'Eau (OIEau)
En cas de doute sur l'eau potable, rendez-vous en mairie. La qualité de l'eau doit y être affichée
Photo de Francois Veillerette oui
Francois Veillerette
Plus de pesticides dans l'eau distribuée à cause ...du Ministère de la Santé !
Photo de François Duport oui
François Duport un des invisibles
La seule vraie question est : peut-on boire de l'eau du robinet ?
Photo de Philippe Bémont non
Philippe Bémont blogueur
La qualité de l'eau ne se résume pas seulement à la présence de nitrates et pesticides
Photo de Jean-François Donzier oui
Jean-François Donzier Directeur général de l'Office International de l'Eau (OIEau)
Il n’est pas évident que le côté pédagogique du prix fonctionne en France
Photo de Jean-François Piquot oui
Jean-François Piquot Porte-parole d'Eau et rivières de Bretagne
Si on renonce à boire l’eau du robinet, l’Etat négligera la qualité des rivières et des nappes
Photo de Pierre Petit non
Pierre Petit Chimiste de formation universitaire, citoyen et consommateur
Il ne faut pas faire confiance aux matraquages publicitaires des vendeurs d’eau du robinet
Photo de Gambier Dominique oui
Gambier Dominique Maire de Déville lès Rouen, Conseiller Régional de Haute Normandie
L’eau du robinet est un bien public mais n’est pas identique dans tous les territoires
Photo de Xavier Colas
Xavier Colas Journaliste Newsring
La qualité de l'eau en question
Photo de Guillaume Lagache oui
Guillaume Lagache
Tibet, projet démocratique et réserve d'eau potable pour toute l'Asie
Photo de Hugo Latuner oui
Hugo Latuner
Selon la qualité de l'eau.
Photo de Vincent Berthe
Vincent Berthe Journaliste Newsring
Directive sur les nitrates: les agriculteurs dans la rue pour exprimer leur colère
Photo de Star Dust non
Star Dust Blogueur
Non, en ce que cette habitude alimentaire va induire des carences au niveau de l'organisme
Photo de Maxime Pilard
Maxime Pilard Journaliste Newsring
Les français sont «favorables» à la tarification progressive de l'eau
Photo de Rédaction de Newsring
Rédaction de Newsring Journaliste
Pesticides: 85 médecins tirent la sonnette d'alarme
Photo de Maxime Pilard
Maxime Pilard Journaliste Newsring
Alerte aux pesticides dans de l'eau en bouteille
Photo de Maxime Pilard
Maxime Pilard Journaliste Newsring
Curiosity : de l'eau liquide a bien coulé sur Mars
Photo de Maxime Pilard
Maxime Pilard Journaliste Newsring
Espace: Curiosity trouve plein d'eau sur Mars
Photo de Chris Apenaut contre
Chris Apenaut Citoyen internaute
Ne contribuons plus au désastre écologique et humain des roses produites au Kenya

Principaux arguments "Oui"

Photo de Jean-François Donzier oui
Jean-François Donzier Directeur général de l'Office International de l'Eau (OIEau)
L'eau du robinet est de très loin le produit alimentaire le plus surveillé en France
Photo de François Duport oui
François Duport un des invisibles
La seule vraie question est : peut-on boire de l'eau du robinet ?

Principaux arguments "Non"

Photo de Star Dust non
Star Dust Blogueur
Non, en ce que cette habitude alimentaire va induire des carences au niveau de l'organisme
Photo de Philippe Bémont non
Philippe Bémont blogueur
La qualité de l'eau ne se résume pas seulement à la présence de nitrates et pesticides

Derniers arguments

Photo de Star Dust non
Star Dust Blogueur
Non, en ce que cette habitude alimentaire va induire des carences au niveau de l'organisme
Photo de Hugo Latuner oui
Hugo Latuner
Selon la qualité de l'eau.
Photo de Xavier Colas
Xavier Colas Journaliste Newsring
La qualité de l'eau en question
Photo de Gambier Dominique oui
Gambier Dominique Maire de Déville lès Rouen, Conseiller Régional de Haute Normandie
L’eau du robinet est un bien public mais n’est pas identique dans tous les territoires
Photo de Philippe Bémont non
Philippe Bémont blogueur
Arrêtons de croire tout ce qu'on nous raconte...