Assassinats politiques?

Des manifestants tunisiens accusent le parti islamiste Ennahda d'être à l'origine du meutre de Chokri Belaïd

Deux ans et demi après la «révolution du jasmin», l'assassinat de l'opposant Mohamed Brahmi jeudi 25 juillet, cinq mois après celui de Chokri Belaïd, provoque de nouvelles tensions en Tunisie. Peu après l'incident, de nombreux manifestants se [...]

Lire la suite

Photo de Mohammad-Mahmoud Ould Mohamedou non
Mohammad-Mahmoud Ould Mohamedou
Politologue, Geneva Center for Security Policy

La peur des islamistes au pouvoir est contre-productive

Elle est contre-productive à double titre. Au niveau national, ultimement le projet politique et social des islamistes ne pourra être, à proprement parler, évalué que s’il est testé dans le cadre d’une expérience politique électoralement circonscrite. Ayant été séduites par les promesses électorales à la tonalité conservatrice (en gros, sécurité, salubrité et souveraineté) des islamistes, les populations doivent pouvoir les juger sur pièce et consigner, dans un cadre démocratique de responsabilité naissant, le succès ou l’échec de ces acteurs. Ceci permettra à la fois la maturité civique du système (ainsi que la mémoire politique du citoyen) et la dédramatisation d’un fait islamiste trop longtemps instrumentalisé de part et d’autre. Au niveau international, les islamistes ont souvent été plus pragmatiques qu’on aurait tendance à le croire, et leur nouvelle assise électorale peut leur permettre de tenter de mettre en place des dynamiques d’échange potentiellement moins clientélistes avec les partenaires internationaux. Si les gouvernements gérés par les islamistes (adeptes de l’économie de marché) venaient à rencontrer quelque succès, notamment sur le front social et économique, ce qui est loin d’être donné, les partenaires internationaux de ces pays seraient assurément les premiers à en bénéficier — d’autant plus que l’épouvantail islamiste aura été, avant tout, l’argument massue des régimes autoritaristes tombés.

Au final, seuls comptent l’analyse empirique, le respect du jeu démocratique et le succès ou l’échec des islamistes dans les faits.

100 5

Vous aussi, participez au débat :
Faut-il avoir peur des islamistes au pouvoir ?

Photo de Non connecté
  • Photo de Frédéric Capron

    07 décembre 2011, 23:01

    Frédéric Capron
    Pourriez-vous nous éclairer sur la différence que vous établissez entre relations partenariales et relations clientélistes ? Et aussi en quoi selon vous des relations partenariales seraient plus bénéficiaires aux partenaires que des relations clientélistes ?
    D'autre part, je doute que ce qui motive actuellement les peuples arabes en révolution soit les retombées positives des gouvernement islamistes sur leurs partenaires internationaux. Idéalement, ce serait souhaitable, mais il me semble qu'après tout ce que les relations clientélistes ont fait subir aux peuples des anciennes colonies, ils ont toute légitimité pour s'en foutre.
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté

Sur le même thème

Photo de Mohammad-Mahmoud Ould Mohamedou non
Mohammad-Mahmoud Ould Mohamedou Politologue, Geneva Center for Security Policy
La peur des islamistes au pouvoir est contradictoire
Photo de Mohammad-Mahmoud Ould Mohamedou non
Mohammad-Mahmoud Ould Mohamedou Politologue, Geneva Center for Security Policy
La peur des islamistes au pouvoir est non-démocratique
Photo de Samy Aloulou oui
Samy Aloulou Directeur Marketing
Politique et religion ne font pas bon ménage
Photo de Mathias Chaillot oui
Mathias Chaillot Journaliste RMC
Un jeu dangereux, mais démocratique
Photo de Yann Vallerie oui
Yann Vallerie Président de l'association Jeune Bretagne. Contributeur à l'agence Novopres
Pour les européens, il faut avoir plus peur des islamistes que des dictateurs qui les ont précédé
Photo de Anne Nivat non
Anne Nivat Grand reporter indépendante
On ne combat pas les islamistes ultra-rigoristes d'Arabie saoudite !
Photo de Raphaël Liogier non
Raphaël Liogier Directeur de l'Observatoire du religieux, auteur du «Mythe de l'islamisation»
Les islamistes représentent souvent la seule force organisée, le succès ne va pas forcément durer
Photo de Raphaël Liogier non
Raphaël Liogier Directeur de l'Observatoire du religieux, auteur du «Mythe de l'islamisation»
Les islamistes vont se retrouver confrontés à l'usage du pouvoir
Photo de Profil supprimé non
Profil supprimé Fondateur du site LARUEARABE.COM
Une simple question d'offre politique
Photo de Omar Bounit non
Omar Bounit
On ne peut jamais avoir peur de quelqu'un qu'on a démocratiquement élu
Photo de Esnpi Cobri non
Esnpi Cobri
Ne pas avoir peur
Photo de Anne Nivat non
Anne Nivat Grand reporter indépendante
encore faut-il s'entendre sur le concept d'"islamiste"
Photo de Profil supprimé non
Profil supprimé
Intervenir contre qui ?
Photo de Xavier Colas
Xavier Colas Journaliste Newsring
Les islamistes gagnent du terrain au Mali
Photo de Sitaib Ouadghiri non
Sitaib Ouadghiri
Faut Pas avoir Peur, C'est un choix Démocrate !
Photo de Jean-david Demougin
Jean-david Demougin
Non ce n'est pas toujours la même guerre
Photo de Manon Mella oui
Manon Mella Étudiante en journalisme à l'IEJ de Paris // Hypokhâgne,Khâgne
La religion est une affaire personnelle.
Photo de Vidalis Nathan non
Vidalis Nathan Étudiant IEJ 3F Paris
L’exercice du pouvoir, cet écueil des islamistes
Photo de Brice Lahaye
Brice Lahaye Journaliste Newsring
Égypte : le Sénat et la commission constituante invalidés par la justice
Photo de Adlène Meddi non
Adlène Meddi Rédacteur en chef d'El Watan Week-end
Chute de Morsi: les islamistes ont réussi l’exploit improbable de se mettre tout le monde à dos

Principaux arguments "Oui"

Photo de Hème Gidey oui
Hème Gidey
Peur de toutes les dictatures, pas des islamistes simplement.
Photo de William Ayache oui
William Ayache
L'Europe deviendra muslmane si rien ne change

Principaux arguments "Non"

Photo de Mohammad-Mahmoud Ould Mohamedou non
Mohammad-Mahmoud Ould Mohamedou Politologue, Geneva Center for Security Policy
La peur des islamistes au pouvoir est non-démocratique
Photo de Anthony Kratavil non
Anthony Kratavil
Une épreuve pour l'Islam

Derniers arguments

Photo de Hème Gidey oui
Hème Gidey
Peur de toutes les dictatures, pas des islamistes simplement.
Photo de Anthony Kratavil non
Anthony Kratavil
Une épreuve pour l'Islam
Photo de Océane Gauchet
Océane Gauchet
Printemps arabe : un emballement à l’occidental
Photo de Vidalis Nathan non
Vidalis Nathan Étudiant IEJ 3F Paris
L’exercice du pouvoir, cet écueil des islamistes
Photo de Anne Laure Lebrun oui
Anne Laure Lebrun
Premières victimes de l'islamisme : les libertés