Assassinats politiques?

Des manifestants tunisiens accusent le parti islamiste Ennahda d'être à l'origine du meutre de Chokri Belaïd

Deux ans et demi après la «révolution du jasmin», l'assassinat de l'opposant Mohamed Brahmi jeudi 25 juillet, cinq mois après celui de Chokri Belaïd, provoque de nouvelles tensions en Tunisie. Peu après l'incident, de nombreux manifestants se [...]

Lire la suite

Photo de Samy Aloulou oui
Samy Aloulou
Directeur Marketing

Politique et religion ne font pas bon ménage

Au regard de la question posée, j'aurai bien voulu répondre que non, que les Islamistes au pouvoir c'est à priori un parti "politique" tout à fait normal et légitime pour la simple et bonne raison qu'ils sont sortis vainqueur des élections que ce soit en Tunisie, au Maroc ou en Égypte.

Cependant, après réflexion il est quand même très difficile de ne pas avoir de craintes concernant ce partie, et je prendrai l'exemple de la Tunisie car c'est à mon sens un exemple frappant du fait que le partie Ennahda est un partie qui se dit modéré, démocratique et ouvert.

Que constatons nous ? Tout d'abord une chose étrange avant même les élections et qui concerne le fondement même de la politique démocratique... Est elle conciliable avec la religion et est elle conciliable avec l'Islam ? Pour ma part je pense que non et je pense même que le fait de se baser sur une religion ou tout simplement être influencé ou inspiré par une religion qui plus est l'Islam, n'est pas un gage d'objectivité ni d'indépendance politique lorsqu'il s'agit de régir une société, ses lois, ses besoins et ses devoirs.

D'autre part la révolution du Jasmin en Tunisie avait pour but de permettre à tous les Tunisiens de pouvoir vivre dans un sentiment de justice, de dignité et de perspectives positives. Force est de constater que le seul parti a même de répondre à ces prérogatives était bien le parti Islamiste qui donne cette image d'anti-corruption, de justice, d'aide aux populations démunies etc ...Mais vous constaterez que je n'ai pas parlé de liberté car même si celle-ci était revendiquée je pense que la population avant de retrouver sa liberté a eu besoin de retrouver sa dignité. C'est bien cela qui alimente mes (les ?) craintes, à savoir que les libertés en dépit de l'engagement de respecter les avancées de la Tunisie sur l'émancipation de la femme risquent petit à petit de se restreindre sans même que les Tunisiens s'en rendent compte. 

Une des solutions serait peut-être de faire comme la Turquie, pays et modèle politique tant cité par les Islamistes qui pour mettre les choses au claire a dans sa constitution stipulé le fait que la Turquie est un pays laïque. Mais il parait que laïque = athé = tabou en Tunisie...mais ceci est un autre débat...
21 14

Vous aussi, participez au débat :
Faut-il avoir peur des islamistes au pouvoir ?

Photo de Non connecté
  • Photo de Frédéric Capron

    07 décembre 2011, 20:06

    Frédéric Capron
    Certes, mais d'un point de vue musulman (je ne le suis pas), on objecte à juste titre qu'en France, c'est la laïcité qui tend à se substituer aux religions, à devenir une religion d'état. Et les partisans de la laïcité ne se préoccupent pas plus des droits et/ou devoirs liés aux convictions religieuses (du moment qu'ils sont librement consentis) que ceux de l'islamisme ne se préoccupent de de la liberté d'agir et de penser réelle ou supposée des athées et agnostiques. Par exemple, qu'est-ce qui réunit l'obligation là-bas de porter le le voile et l'interdiction de le porter ici, sinon la coercition ?
    Personnellement, je pense qu'un état mature devrait accepter à la fois le naturisme et le voile intégral dans tous ses espaces publics. Vous n'êtes pas obligé d'être aussi "libertaire" que moi mais je trouve que vous vous souciez plus des droits de ceux en qui vous vous reconnaissez que de ceux en qui vous ne vous reconnaissez pas. En somme, vous faites aussi peur aux islamistes qu'ils vous font peur. N'est-ce pas en alimentant les peurs des islamistes potentiels que vous créez des islamistes réels ?
    0 2
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Frédéric Capron

    07 décembre 2011, 20:07

    Frédéric Capron
    Par ailleurs un musulman a aussi de bonnes raisons de se méfier de la laïcité. Par exemple, dans l'Algérie coloniale, c'était un état laïque qui discriminait en fonction de la religion.
    1 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté

Sur le même thème

Photo de Mathias Chaillot oui
Mathias Chaillot Journaliste RMC
Au Maroc, le système protège les acquis, pas les mentalités
Photo de Raphaël Liogier non
Raphaël Liogier Directeur de l'Observatoire du religieux, auteur du «Mythe de l'islamisation»
Les islamistes vont se retrouver confrontés à l'usage du pouvoir
Photo de Lila Ait oui
Lila Ait Journaliste, mais pas seulement!
Tant et aussi longtemps que le religieux fera partie de l'étatique, la démocratie sera en péril.
Photo de Omar Bounit non
Omar Bounit
On ne peut jamais avoir peur de quelqu'un qu'on a démocratiquement élu
Photo de Nicolas Roux non
Nicolas Roux Socio-anthropologue
Religion au pouvoir n'implique pas nécessairement la théocratie
Photo de Émilie Frelat
Émilie Frelat Journaliste Newsring
Révolution tunisienne: journée de manifestations pour le 2e anniversaire
Photo de Maxime Pilard
Maxime Pilard Journaliste Newsring
Un reportage de France 2 indigne la Tunisie
Photo de Manon Mella oui
Manon Mella Étudiante en journalisme à l'IEJ de Paris // Hypokhâgne,Khâgne
La religion est une affaire personnelle.
Photo de Le Camarguais oui
Le Camarguais Retraité de l'encadrement et blogueur
Islam 3/4 : révolution acte 2
Photo de Cassandra Irschitz
Cassandra Irschitz
Ne pas mélanger politique et religion !
Photo de Anne Laure Lebrun oui
Anne Laure Lebrun
Premières victimes de l'islamisme : les libertés
Photo de Vidalis Nathan non
Vidalis Nathan Étudiant IEJ 3F Paris
L’exercice du pouvoir, cet écueil des islamistes
Photo de Rédaction Newsring
Rédaction Newsring Journaliste Newsring
Tunisie : 3000 manifestants pro-Ennahda rassemblés pour «protéger la légitimité» du pouvoir en place
Photo de Rédaction Newsring
Rédaction Newsring Journaliste Newsring
Tunisie: Report de l’annonce de Jebali, 15 000 pro-Ennahda mobilisés pour ne pas céder le pouvoir
Photo de Rédaction Newsring
Rédaction Newsring Journaliste Newsring
Tunisie : Rached Ghannouchi, le N°1 d’Ennahda, s’en prend à Manuel Valls
Photo de Rédaction Newsring
Rédaction Newsring Journaliste Newsring
Nouveau gouvernement en Tunisie: Ennahda contraint à lâcher du lest
Photo de Catherine Mérant non
Catherine Mérant
La République de Turquie n'a jamais été si laïque qu'on l'entend
Photo de Hème Gidey non
Hème Gidey
Chute de Morsi: aucune structure politique n'est à même de prendre le pouvoir
Photo de Inès Belgacem
Inès Belgacem Journaliste Newsring
Tunisie: 40.000 manifestants à Tunis réclament la démission du gouvernement
Photo de Antoine Huot
Antoine Huot
Tunisie: Ennahda va céder la place à un nouveau gouvernement

Principaux arguments "Oui"

Photo de Hème Gidey oui
Hème Gidey
Peur de toutes les dictatures, pas des islamistes simplement.
Photo de William Ayache oui
William Ayache
L'Europe deviendra muslmane si rien ne change

Principaux arguments "Non"

Photo de Mohammad-Mahmoud Ould Mohamedou non
Mohammad-Mahmoud Ould Mohamedou Politologue, Geneva Center for Security Policy
La peur des islamistes au pouvoir est non-démocratique
Photo de Anthony Kratavil non
Anthony Kratavil
Une épreuve pour l'Islam

Derniers arguments

Photo de Hème Gidey oui
Hème Gidey
Peur de toutes les dictatures, pas des islamistes simplement.
Photo de Anthony Kratavil non
Anthony Kratavil
Une épreuve pour l'Islam
Photo de Océane Gauchet
Océane Gauchet
Printemps arabe : un emballement à l’occidental
Photo de Vidalis Nathan non
Vidalis Nathan Étudiant IEJ 3F Paris
L’exercice du pouvoir, cet écueil des islamistes
Photo de Anne Laure Lebrun oui
Anne Laure Lebrun
Premières victimes de l'islamisme : les libertés