50 ans d'indépendance BELGHOUL ANIS/NEW PRESS/SIPA

Algérie : déjà 50 ans d'indépendance

François Hollande se rend en Algérie, mercredi 19 et jeudi 20 décembre. Il s'agit de la troisième visite officielle d'un président de la République, depuis l'indépendance du pays, il  y a 50 ans. Un  déplacement délicat pour le chef de l'Etat [...]

Lire la suite

Contexte

Algérie : déjà 50 ans d'indépendance

François Hollande se rend en Algérie, mercredi 19 et jeudi 20 décembre. Il s'agit de la troisième visite officielle d'un président de la République, depuis l'indépendance du pays, il  y a 50 ans. Un  déplacement délicat pour le chef de l'Etat entre la repentance sur les crimes coloniaux, toujours réclamée par Alger et les contentieux économiques. la France a vu sa part de marché chuter de 25% à moins de 15% en Algérie. Elle est désormais talonnée par la Chine sur la liste des pays fournisseurs.

Le président de la République a promis d'instaurer de nouvelles relations avec l'Algérie d'Abdelaziz Bouteflika. «L'histoire doit servir à bâtir l'avenir et non pas à l'empêcher» avait déclaré François Hollande lors de la conférence de presse élyséenne du 13 novembre. Et pourtant, hors de question d'aborder le passé, selon Georges Morin : «Ni repentance, ni excuses», explique le conseiller du chef de l'Etat sur l'Algérie.

Malgré les 50 années qui se sont écoulées depuis l'indépendance, les regrets, rancoeurs et remords qui habitent les deux côtés sont toujours présents. Résultat : les relations entre la France et l'Algérie sont toujours compliquées. Depuis l'élection d'un nouveau président à la tête de la France, une question revient : les relations franco-algériennes vont-elles se réchauffer ? Cela doit-il passer par la formulation d'excuses publiques ?

François Hollande a laissé entendre qu'il était temps pour le pays de tourner la page de son historie coloniale avec l'Algérie, note 20 Minutes.  «Maintenant qu'il est au pouvoir, nous espérons de l'action», a déclaré le ministre algérien des Anciens combattants, Mohamed Cherif Abbes, à la radio publique, fin juin, rappelle le quotidien gratuit.

Entrer dans le débat