A l'affiche: Les Nouveaux chiens de garde

En 2012, comment se porte le quatrième pouvoir ? A-t-il rompu avec le temps balbutiant de l'ORTF où le ministre de l'Information Alain Peyrefitte venait annoncer en direct la nouvelle formule du journal télévisé ? Et l'indépendance affichée [...]

Lire la suite

Photo de Sam Lowry non
Sam Lowry
Etudiant. Université Paris 8 Vincennes-Saint Denis

Les médias entretiennent des discours autorisés et légitimes.

J'ai répondu "non" à la question posée. Non pas que je n'impute pas de "discours dominant" aux médias, mais plutôt que selon moi, les termes du débat sont mal posés. La critique des médias est vaste, son champ s'attaque à des phénomènes, des acteurs, des processus. Je m'attellerai à un angle précis qui reformule la question initialement posée: Quels sont les discours autorisés dans les médias ?

Avant tout développement, il m'appartient de rappeler que "les médias" n'existe pas en tant qu'entité une et indifférenciée. Les médias sont une multitude d'acteurs, de supports, de récepteurs. Donc si les médias diffusent l'idéologie dominante, ils ne le font pas de manière indifférenciée. Si les médias diffusent et légitiment l’idéologie dominante, ils ne le font pas dans une volonté d'asservir et d'aveugler les masses. Quand bien même il y aurait tel complot, il ne pourrait aboutir, parce que les médias ne sont pas tout puissants, et que les effets sur les publics des discours médiatiques sont socialement différenciés. Ces quelques mises en garde préalables posées, venons en à la partie qui fâche.

OUI, les médias contribuent à légitimer la doxa libérale, OUI ils taisent bien trop souvent les discours alternatifs, ou les délégitiment. 

L'émission d'Yves Calvi, C dans l'air, est un parfait exemple, Yves Calvi invite toutes les semaines des experts à débattre de sujets d'actualité. Ces experts sont en général assez facile à prévoir. Un sujet sur l'insécurité ? La violence ? Les bandes ? Xavier Raufer à la rescousse, et ce sans préciser qu'il est un ancien d'Occident. Une question politique ? Dominique Reynié, membre de l'équipe du think tank libéral Fondapol est la. On pourrait continuer la liste indéfiniment, les experts invités dans l'émission de débat quotidienne de Calvi sont quasiment tous des analystes libéraux, voir proches des milieux de la finance et des grandes entreprises (ici, un exemple parmi tant d'autres).

Ces experts ne sont pas choisis par volonté "complotiste", ils sont choisis d'une part parce qu'ils arrivent à se faire choisir, et de l'autre parce qu'ils présentent un discours qui sera d'autant plus recevable par les journalistes qu'ils présenteront une proximité sociale avec ces journalistes. Leur légitimation vient aussi des conditions de travail des producteurs de l'information, quand un article doit être bouclé au plus vite, qu'il faut un témoignage mais que le journaliste ne connait pas forcément le sujet, il va chercher dans les experts déjà reconnus, il va chercher dans ce qu'il connait ou qu'on lui conseillera.

Autre aspect, les sondages, sont un outil remarquable a analyser. Notamment les sondages d'opinion. Ces sondages ne sont pas critiquables sur leur méthodologie, qui est travaillée et fiable la plupart du temps, ils sont critiquables dans leurs présupposés. Un sondage d'opinion présuppose d'abord, que tout le monde à une opinion. Ce qui est faux. Présuppose que tout le monde est capable d'exprimer également cette opinion. Ce qui est faux. Et enfin présuppose que toutes ces opinions se valent et peuvent s'agréger. Ce qui est encore plus faux.

Les opinons ne se valent pas parce qu'elles n'ont bien souvent pas la même valeur sociale, parce qu'il est impossible de jauger de la "sincérité" d'une opinion et que l'on ne connait pas le contexte social dans lequel une opinion a été exprimée.  Cependant les sondages d'opinion existent, et ils sont couramment utilisés. Le problème du sondage d'opinion est qu'il donnera (en schématisant) une fausse idée de ce qui serait une "opinion publique" qui servira à problématique un débat public et médiatique. Et la tournure, le sens de ce débat, seront indissociables du sens qui sera donné à "l'opinion publique" et de la problématisation initiale par le sondage du débat (parce qu'une question dans un sondage d'opinion est toujours une imposition de problématique ). La construction du débat public s'appuyant notamment sur l'utilisation de ces experts et des sondages (d'opinion ou d'intentions de vote) est déjà un biais à la tournure du débat et aux discours qui en découlent.

Ainsi donc les discours médiatiques sont à la fois le fruit des conditions de travail des journalistes producteurs de l'information, et également des rapports de force qui traversent la société, qu'ils soient sociaux, politiques, ou concernent l'imposition d'une problématique dans l'espace public et médiatique. Et pour en arriver à la question des discours autorisés, j'aimerais prendre un exemple récent, la venue du candidat du NPA à l'émission de Laurent Ruquier il y a plus d'un mois et demi. Pourquoi l'ouvrier qui n'a pas son bac a t-il été broyé et ridiculisé ? Est-ce seulement du au principe de l'émission ? D'autres s'en sortent mieux. Le cadre de l'émission n'explique pas tout, puisqu'il faut aussi prendre en compte les inégalités sociales à l'oeuvre dans l'expression à travers ce cadre. Poutou n'avait pas les outils, les dispositions pour s'exprimer et s'imposer dans l'émission, tout comme Bourdieu quand il est passé à Arrêts sur Images.

Un temps de parole égalitaire n'implique pas des aptitudes à la prise de parole égale. Et c'est la le coeur du problème, l'action conjointe de dizaines de facteurs, souvent inconscients, (proximité idéologique, sociale, des journalistes politiques, cadre technique d'expression, utilisation des sondages, processus de lissage du discours,etc.) contribue à déterminer des discours autorisés, légitimes, et d'autres non autorisés, dans l'espace médiatique, qui sont fortement appuyées sur des inégalités sociales qui sont elles extérieures au champ médiatique. Ce qui montre une chose, c'est que le problème ne vient pas uniquement de la télévision, radio, presse, mais qu'au contraire, même ici, sur Newsring, ces mêmes processus de domination sociale et d'inégalités à prendre la parole peuvent orienter les débats et contribuer à perpétuer certains des mécanismes que l'on range d'habitude dans les "médias traditionnels".

6 7

Vous aussi, participez au débat :
Les médias font-ils la propagande de l'idéologie dominante ?

Photo de Non connecté
  • Photo de Profil supprimé

    14 janvier 2012, 16:49

    Profil supprimé
    Et comment expliquez-vous que la plupart des hommes politiques sont invités chez MM Drucker et Ruquier sauf les représentants du FN parce que ces animateurs du service public le refusent ? C'est juste parce qu'ils n'ont pas leur numéro de téléphone ?

    Quant à affirmer que les courants alternatifs ne passent pas dans les médias parce que leurs représentants sont incapables de rhétorique en raison de leur catégorie sociale, c'est balayer toute l'Histoire des luttes sociales et assimiler l'intelligence à la culture...
    Concernant la sous représentation des noirs dans les médias, vous pourriez argumenter avec le même aplomb qu'ils sont bien là mais qu'on ne les remarque pas en raison de l'éclairage particulier des plateaux de télé...
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Sam Lowry non

    14 janvier 2012, 17:23

    Sam Lowry Etudiant. Université Paris 8 Vincennes-Saint Denis

    @Profil supprimé Profil supprimé 

    Il faut toucher à un point important que j'aurais du préciser: Les discours autorisés ne sont pas immuables. Les rapports de domination, de pouvoir, de légitimité et donc d'exclusion qui traversent les médias ne sont pas plus autonomes que les médias eux même et sont fortement liés aux phénomènes sociaux externes au champ médiatique.

    La légitimité d'un discours et sa capacité dépend d'une multitude de facteurs et je n'en ai énumérés que quelque uns dans mon argumentation.Par exemple il y a la légitimité électorale, mesurée principalement au biais des sondages d'intentions de vote (qui eux mêmes sont construits à la fois par des éléments politiques et historiques et par les conditions de production des sondages et de l'information, les journalistes étant les premiers commanditaires de sondages). Ce facteur explique aussi en partie la faible présence accordée aux "petit partis".

    Concernant la question de la présence médiatique du Front National, c'est un sujet plus complexe et la taille du commentaire m'empêche de le détailler.Je pose donc deux réflexions qui devraient vous aiguiller:Ou ai-je détaillé de manière précise TOUS les discours autorisés ? Les élements idéologique de l'extrême droite sont ils si absents des médias ?
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Profil supprimé

    17 janvier 2012, 10:22

    Profil supprimé

    @Sam Lowry 

    Pardon mais je crois que c'est vous qui complexifiez le sujet . Certaines personnes qui ont des choses à dire et qui sont suivies par un nombre important de personnes ne peuvent pas s'exprimer dans les médias classiques.
    Concernant les idées (les "éléments idéologiques") de l'extrême droite, la façon de les exprimer est évidemment un aspect de la propagande (sans doute la plus sournoise)
    Vous me faites penser à Candide dans les premiers chapitres, c'en est même touchant...
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Christian Creseveur oui

    15 janvier 2012, 10:30

    Christian Creseveur Dessinateur et scénariste
    Sam tu n'es pas obligé de nous faire une dissertation. Ici, ce n'est pas la fac. Détend toi, et dis juste ce que tu penses.
    ;-°
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Sam Lowry non

    15 janvier 2012, 12:18

    Sam Lowry Etudiant. Université Paris 8 Vincennes-Saint Denis

    @Christian Creseveur 

    A ce que je sache c'est un site de débat. Faire avancer un débat ce n'est pas simplement dire "je suis d'accord/je suis pas d'accord". Ca n'aurait aucun interêt. L'interêt est de susciter une réflexion collective.
    Si tu penses que le débat peut être porté uniquement "en donnant son avis" (ce que je fais en partie) ne me reproche pas à côté de vouloir argumenter un minimum sur un sujet dont je pense qu'il est beaucoup plus complexe que "OUI / NON"

    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Christian Creseveur oui

    16 janvier 2012, 14:05

    Christian Creseveur Dessinateur et scénariste

    @Sam Lowry 

    Tu peux argumenter sans nous assenner ton intro, formulation de la problématique, plan et couffin patin!
    Je t'assure que c'est pénible à lire.
    Oublie la fac. Amène juste tes idées.
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Christian Creseveur oui

    16 janvier 2012, 14:07

    Christian Creseveur Dessinateur et scénariste

    @Sam Lowry 

    J'ai oublié de dire: fais nous la courte!
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Sam Lowry non

    16 janvier 2012, 14:45

    Sam Lowry Etudiant. Université Paris 8 Vincennes-Saint Denis

    @Sam Lowry 

    Ou alors vous pouvez penser que des avertissements préliminaires sont nécessaires pour ne pas dire trop de conneries. Votre principe marcherait très bien si toutes les questions avaient des réponses simples.

    Mais bon visiblement vous préférez le prêt à penser, sans doute 140 signes auraient été plus pratiques pour vous ?
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Christian Creseveur oui

    16 janvier 2012, 18:28

    Christian Creseveur Dessinateur et scénariste

    @Sam Lowry 

    Ah, Sam, je vois que tu ne fais pas dans la demi mesure! C'est tout ou rien avec toi. Mais entre le tweet et la dissert double copie, c'est le vide intersidéral pour toi?
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté

Sur le même thème

Photo de Virginie Spies non
Virginie Spies Enseignant-chercheur, sémiologue, spécialiste des médias
La "manipulation" des médias n'est (hélas) pas un fait nouveau...
Photo de Eric Mettout non
Eric Mettout
Je n'aime pas le terme "idéologie dominante"
Photo de Mathias Chaillot oui
Mathias Chaillot Journaliste RMC
Dévoiler un plan com' ou décrypter un discours, même avec le sourire, c'est informer
Photo de Mathieu Huy non
Mathieu Huy
L'aspect humain des politiques
Photo de Jean-François Doridot non
Jean-François Doridot Directeur général de Ipsos Public Affairs
Bien utilisé, le sondage est une information primordiale pour les lecteurs
Photo de Profil supprimé non
Profil supprimé Etudiant en philosophie
Il n'y a pas de petits candidats
Photo de Nouba Tamagart oui
Nouba Tamagart
Le contexte exigeait de la retenue et du respect
Photo de Ludovic Sanchez oui
Ludovic Sanchez Engagé au niveau géopolitique et économique
Sortir de l'isolement !
Photo de Franck Gintrand, Global conseil oui
Franck Gintrand, Global conseil consultant et blogueur
Les sondages devraient systématiquement indiquer le taux des indécis candidat par candidat
Photo de Star Dust non
Star Dust Blogueur
C'est moins le thermomètre qu'il faut incriminer que le traitement médiatique qui en résulte
Photo de Rémy Lajoute oui
Rémy Lajoute Simple citoyen
Sondage, quel rôle dans notre Démocratie ?
Photo de Rømåîn Vf non
Rømåîn Vf Consultant en communication
Le sondage peut orienter la campagne mais n'influe qu'à la marge sur le résultat du vote
Photo de Soutenons Sarkozy! oui
Soutenons Sarkozy! blogueur, militant de droite, sarkozyste
démoralisation et manipulation d'opinion
Photo de Norva non
Norva Citoyen, politiquement indécis, non militant, indépendant
Vertueux referendum ou démagogie populaire, un peu des deux probablement.
Photo de Jacques Myard oui
Jacques Myard Député UMP des Yvelines
Il n'y a pas trop de journalistes de gauche, il y a un problème d'équilibre
Photo de Geoffroy Didier oui
Geoffroy Didier Secrétaire général adjoint de l'UMP, conseiller régional d'Ile-de-France
Payer la redevance c'est avoir le droit au pluralisme et à la diversité des opinions dans les médias
Photo de Bastien Plachont pour
Bastien Plachont
Mensonge dans les sondages.
Photo de François Niperc pour
François Niperc
Le parler cru et dru est un leurre sur lequel médias et adversaires politiques sautent à pied joints
Photo de Star Dust pour
Star Dust Blogueur
Travail dominical: organisons un référendum
Photo de Aurélien Terrassier non
Aurélien Terrassier
Il n'y a pas assez de journalistes objectifs tout simplement.

Principaux arguments "Oui"

Photo de Serge Uleski oui
Serge Uleski blogueur-auteur
Aussi longtemps que ce soutien ne dessert pas leur niveau d'audience
Photo de Laurent Poingt oui
Laurent Poingt
Les grands médias unis pour la libéralisation de tout

Principaux arguments "Non"

Photo de Eric Mettout non
Eric Mettout
Je n'aime pas le terme "idéologie dominante"
Photo de Jean-Louis Gaillard non
Jean-Louis Gaillard un Gaillard, soucieux de justice et d'environnement . Jurassien Technologue retraité-actif
Un médium est un intermédiaire, qui n'existe que par sa clientèle

Derniers arguments

Photo de Laurent Poingt oui
Laurent Poingt
Les grands médias unis pour la libéralisation de tout
Photo de Le Camarguais oui
Le Camarguais Retraité de l'encadrement et blogueur
C'est quoi un journaliste de droite ?
Photo de Francis Saldinari oui
Francis Saldinari blogueur: Retraité
Pourquoi en serait-il autrement? Démonstration...
Photo de Serge Uleski oui
Serge Uleski blogueur-auteur
Aussi longtemps que ce soutien ne dessert pas leur niveau d'audience
Photo de Xavier Barclay oui
Xavier Barclay
Trop de proches du pouvoir