Guerre d'édition entre François Bon et Gallimard

On ne sait pas encore bien s'il faut parler de "livres électroniques", d'"eBook", de "liseuses numériques" ou encore de "bouquineur" mais une chose est sûre: d’ici la fin de l’année, trois nouveaux modèles sont attendues sur le marché [...]

Lire la suite

Photo de Christophe Le Comte oui
Christophe Le Comte
Militant à la Section du Commerce - Fédération des Employés et Cadres Force Ouvrière

Après le disque, la photo... c'est au tour du livre de disparaître

Personne n’a de boule de cristal, mais peut-être que l’on peut observer ce qui s’est passé pour d’autres supports qui se sont dématérialisés et les conséquences économiques, sociales et culturelles engendrées.
Le CD, le DVD et la photo argentique sont déjà passés par la dématérialisation organisée par les éditeurs et les fabricants d'appareils de lecture ou de prise de vues.
Les conséquences économiques favorisent ceux qui auront moins besoins de réseaux de distribution, de transport, et d’industrie de fabrications de supports et de conditionnement… Belles économies pour ceux qui empochent les marges.

Au niveau social, les conséquences sur l’emploi sont données plus hauts. Moins d’intermédiaire, c’est évidement moins d’emploi… et plus de boulot pour Pôle Emploi.
Deux derniers exemples et autres :
•    Kodak est en faillite après de nombreux plans de licenciements depuis des décennies ;
•    Bertelsmann ferme son usine de fabrique et emballe des CD audio à Forbach ;
•    sans oublier tous les disquaires, les magasins de photo, les magasins de location de vidéo. Des pans entiers de professions qui dépendent des supports physiques ferment tous les ans.

Les conséquences culturelles sont importantes, seules les «fortes rotations» sont mises en avant et les productions plus intimistes sont peu distribuées, ce qui représente moins de supports physiques.
Certains artistes qui n’avaient qu’un titre composé ou écrit par «eux-mêmes» sur un disque (ce qui permet de toucher des droits d’auteur à chaque vente du CD) verront leurs revenus diminuer dans les périodes de creux artistique. En effet, ces titres, qui ne sont pas toujours les meilleurs sur un album, ne seront pas téléchargés (légalement), le client pouvant faire ses achats à l’unité.
Des artistes risquent de disparaître et, par conséquence, on risque un appauvrissement du choix culturel.
Tout n’est pas dit, tout n’est pas dénoncé…

Un autre «petit détail» en passant, les photographes ont un nouvel «ennemis», les administrations dotés de prise de vues numériques pour faire les papiers d’identité et autres. La Modernité ne se marie pas avec le Social.
Forts (et affaiblis) de ces expériences, nous sommes en capacité d’avoir de lourdes craintes pour le livre physique.
Il ne faudrait pas que le monde du livre ait la prétention d’être quasi intouchable, comme d’autres l’ont fait en vantant la qualité du vinyle, la qualité de la photo argentique… et en critiquant le numérique. Les éditeurs et industriels savent imposer leurs choix.
Des emplois sont en jeu, il faut dès maintenant réfléchir à des moyens d'aider les salariés concernés par de nouvelles orientations professionnelles, sans attendre le couperet final.

5 11

Vous aussi, participez au débat :
Le livre numérique va-t-il achever les libraires ?

Photo de Non connecté
  • Photo de Claude Massé

    27 février 2012, 11:58

    Claude Massé
    Je trouve que ce raisonnement ne tient pas: moins de parasites, donc moins d'emploi. C'est tout simplement économiquement un non sens. Sans même parler de l'impact écologique (surtout l'argentique qui est un véritable poison,) il est toujours profitable d'avoir une meilleure rentabilité. Le problème est, à qui profite cette rentabilité? Dans le cas présent, elle permet une démocratisation de la création et de la diffusion, donc elle profite potentiellement à tout le monde, les empires financiers dans le fond on s'en fiche pas mal. En fait, ils spéculent sur l'emploi en organisant sa pénurie. Qu'ils s'effondrent, et ça ne pourra aller que mieux. On ne peut plus raisonner en heures de travail comme au 19ème siècle. Le temps gagné pourra toujours être utilisé utilement, en allant rendre visite à sa voisine âgée par exemple.
    0 1
    Répondre
  • Photo de Non connecté

Sur le même thème

Photo de Cécile Geng non
Cécile Geng
Les libraires vont évoluer, muter, mais pas disparaitre
Photo de Ju Bouvet non
Ju Bouvet concepteur graphique
Il ne faut pas oublier ce qui s'est passé avec le secteur de la musique
Photo de krisk 33 non
krisk 33 Technicien Informatique
Si le livre audio n'a pas eu la peau du livre papier, pourquoi le livre numerique ?
Photo de Fabien Cazenave non
Fabien Cazenave Chargé de développement pour le Cercle des Européens
L'industrie du livre doit changer et non se cacher derrière la peur du numérique
Photo de Profil supprimé oui
Profil supprimé
Interdire le partage ce serait un peu comme si on interdisait à mon voisin de me prêter un cd ou dvd
Photo de Siam Angie Minou oui
Siam Angie Minou Artiste
Les possibilités offertes par le net ne doivent pas être limitées par les droits d'auteur
Photo de Christophe Le Comte oui
Christophe Le Comte Militant à la Section du Commerce - Fédération des Employés et Cadres Force Ouvrière
La hausse de la TVA sur le livre ne va sûrement pas aider les libraires
Photo de Lucie Chenu oui
Lucie Chenu
TVA, libraires et prix du livre : pas si simple ! Et les petits éditeurs, dans tout ça ?
Photo de Richard Trigaux oui
Richard Trigaux blogueur, philosophe, artiste, écrivain, résident des mondes virtuels.
Pourquoi s'exposer à Hadopi? Tout est sur Youtube. Gratuitement.
Photo de Mélanie Gruyer non
Mélanie Gruyer Chercheuse, critique, curieuse et carnivore.
Le livre, l'album, la toile sont hors du temps. Justement...
Photo de Richard Trigaux pour
Richard Trigaux blogueur, philosophe, artiste, écrivain, résident des mondes virtuels.
L'allaitement est avant tout un geste de tendresse indispensable à l'équilibre émotionnel
Photo de Profil supprimé non
Profil supprimé Etudiante en Histoire
C'est plus une question de coût que de forme !
Photo de Manuel Nardin oui
Manuel Nardin Journaliste à Plurimedia
Disque disque rage
Photo de Richard Trigaux oui
Richard Trigaux blogueur, philosophe, artiste, écrivain, résident des mondes virtuels.
Statistiquement, des erreurs sont obligatoires
Photo de Delphine Dyèvre
Delphine Dyèvre Journaliste et Community Manager Newsring
Booba vs Rohff: Rohff en live le 6 novembre
Photo de Jean-Marie Mesmeur non
Jean-Marie Mesmeur
Le danger pour les librairies c'est Amazon !
Photo de Clotilde De l'Eprevier non
Clotilde De l'Eprevier étudiante en communication
Charme contre modernité... Et si chacun enrichissait l'autre ?
Photo de Charles Vanetzian oui
Charles Vanetzian Une loi pour punir l'apologie du Gvt des Jeunes-Turcs, planificateur du Génocide de 1915.
Les anti-historiens (01) - Erich Feigl
Photo de Charles-Antoine Brossard oui
Charles-Antoine Brossard
Renouveler la matérialité et la qualité de l'expérience sonore
Photo de Franck Pompidor non
Franck Pompidor Disquaire, gérant de Ground Zero
Phénomène de «coolitude» ou non, le vinyle ne mourra jamais

Principaux arguments "Oui"

Photo de Mathias Chaillot oui
Mathias Chaillot Journaliste RMC
Un phénomène inexorable que la disparition du livre papier
Photo de Kira oui
Kira Etudiant
Pas avant plusieurs années.

Principaux arguments "Non"

Photo de Hugo Da Costa non
Hugo Da Costa Étudiant en Droit et Économie
Rien ne peut remplacer un livre papier, le vrai danger sont les grandes librairies
Photo de Profil supprimé non
Profil supprimé Etudiante en Master 2 Droit
Les gens aiment trop le livre en version papier

Derniers arguments

Photo de Iris Rose non
Iris Rose
liseuse VS livre conclusion: le livre restera a sa place
Photo de Iris Rose non
Iris Rose
liseuse:bouquineuse VS livre (a page)
Photo de Manuel Billault non
Manuel Billault
Les livres papiers et numériques peuvent cohabiter
Photo de Hugo Da Costa non
Hugo Da Costa Étudiant en Droit et Économie
Rien ne peut remplacer un livre papier, le vrai danger sont les grandes librairies
Photo de Kira oui
Kira Etudiant
Pas avant plusieurs années.